RMC Sport

"Le PSG, c'est le Parc des Princes", le Collectif Ultras Paris prend position dans le conflit PSG-mairie de Paris

Alors que Nasser al-Khelaïfi a laissé entendre qu'un changement de stade était à l'étude si la mairie de Paris continuait à camper sur ses positions en refusant de vendre le Parc des Princes au PSG, du côté du Collectif Ultras Paris, groupe de supporters actif du virage Auteuil, personne ne veut entendre parler d'un changement de lieu.

Le Collectif Ultras Paris (CUP) ne veut pas entendre parler d'un déménagement du PSG. "Le PSG, c'est le Parc des Princes", indique le groupe de supporters dans un communiqué publié ce vendredi. "Nous ne pensions pas devoir mener une nouvelle fois le combat pour que le PSG, notre club, demeure au Parc des Princes, sa maison... Cette possibilité de départ est d'autant plus incompréhensible que des projets d'agrandissement fidèles à l'oeuvre de l'architecte Monsieur Taillibert, sont dans les cartons", écrit le collectif.

Sans entrer dans les détails politiques et économiques des négociations avec mes différentes parties, le groupe du virage Auteuil promet de se battre jusqu'au bout: "Nous n'avons pas vocation à nous immiscer dans les discussions, les négociations et les rapports de force entre le club et la mairie de Paris, mais nous savons une chose: nous nous battrons de toutes nos forces pour que le PSG reste au Parc."

Dans son communiqué, le CUP n'a pas manqué d'envoyer un tacle appuyé à la mairie de la capitale, qu'il n'a "jamais considéré comme un partenaire sincère du club ni comme un soutien de ses amoureux". Les supporters avertissent par la même occasion que la mairie devra veiller à ce que le "naming", devenu à la mode dans plusieurs enceintes, ne soit jamais à l'ordre du jour.

Il y a quelques jours, Romain Mabille, président du Collectif Ultras Paris avait déjà publié un message pour s'opposer au déménagement.

Après avoir vivement balayé les rumeurs d'un retrait de Qatar Sport Investment (QSI) du club de la capitale dans une interview pour Marca ("Cela me fait rire, je ne sais pas si je dois répondre à cette question pour être honnête, parce que cela ressemble à une blague pour moi"), Nasser al-Khelaïfi a mis le feu en poudre en évoquant le Parc des Princes et la gestion qui en est faite par la mairie.

La mairie de Paris ne semble pas disposée à céder l’enceinte sans récupérer un gros chèque, 350 millions d’euros, selon les informations de RMC Sport. Beaucoup trop cher pour les dirigeants parisiens. Résultat des courses, Nasser Al-Khelaïfi songerait à quitter le stade.

"Notre première option est de rester, mais je ne pense pas que la Mairie veuille que nous restions, a t-il supposé. Ils font pression sur nous pour que nous partions. Cela fait cinq ans que nous discutons avec eux. À chaque fois, ce sont les mêmes fausses promesses (...) Nous sommes fatigués de tout cela. Nous avons besoin d'un accord équitable."

Le Président du PSG, qui clame son amour pour le Parc des Princes, dénonce un manque de reconnaissance de la part de la mairie: "J'aime le Parc des Princes, c'est notre histoire et je la respecte plus que tout, et rester a toujours été notre premier choix. Mais je ne pense pas qu'ils veuillent de nous là-bas. Quelques 80 millions d'euros ont été investis dans le stade de notre poche, mais ce n'est pas notre stade, qui d'autre le ferait? Nous voulons un stade comme tous les autres clubs, nous devons augmenter nos revenus, avoir un meilleur stade pour nos fans, et avoir plus de fans qui viennent que nous ne pouvons en accueillir", ambitionne t-il.

Face aux déclarations de Nasser al-Khelaïfi, la mairie de Paris ne s'est pas démontée et a vivement rétorqué, par la voix d'Emmanuel Grégoire, premier adjoint d'Anne Hidalgo (maire de Paris). "La vente, on ne l’a pas exclue catégoriquement. Mais c’est au juste prix oui. Le PSG en propose 40 millions d’euros. C’est moins cher que Paredes. Franchement?! Vous pensez vraiment que le Parc vaut moins que Leandro Paredes acheté 50 millions d’euros? (le milieu argentin a été acheté 47 millions d’euros, ndlr) Ce n’est pas sérieux, a taclé Emmanuel Grégoire. Il y a une forme de pression qui n’est pas responsable."

À l’heure actuelle, le PSG profite des installations du Parc des Princes grâce à un bail ede 30 ans. La somme de 350 millions d'euros estimée pour discuter d'une vente est beaucoup trop élevée pour les dirigeants parisiens, qui songeraient ainsi à quitter la porte de Saint-Cloud. Le service des domaines l'estimerait quant à lui à 200 M€, selon L'Equipe.

P.B