RMC Sport

PSG: "Le Parc vaut moins que Paredes ?", la réponse cinglante du premier adjoint d'Hidalgo à Al-Khelaïfi

Alors que Nasser Al-Khelaïfi a estimé que son club n'était plus le bienvenu au Parc des Princes, Emmanuel Grégoire a répondu au président du PSG dans une interview au Parisien. Le premier adjoint à la mairie de Paris ne compte pas fléchir.

Le temps n’est pas vraiment à l’apaisement entre la mairie de Paris et le PSG. Alors que Nasser Al-Khelaïfi a haussé le ton au sujet de la vente du Parc des Princes dans une interview à Marca ce mardi, Emmanuel Grégoire, premier adjoint d’Anne Hidalgo, lui a répondu d’une manière cinglante auprès de nos confrères du Parisien. Si le président du PSG estime que la mairie fait pression sur le club pour que ce dernier se désengage, l’élu, de son côté, estime qu’il s’agit notamment d’un problème de prix.

"La vente, on ne l’a pas exclue catégoriquement. Mais c’est au juste prix oui. Le PSG en propose 40 millions d’euros. C’est moins cher que Paredes. Franchement ?! Vous pensez vraiment que le Parc vaut moins que Leandro Paredes acheté 50 millions d’euros (le milieu argentin a été acheté 47 millions d’euros, ndlr) ? Ce n’est pas sérieux, a taclé Emmanuel Grégoire. Il y a une forme de pression qui n’est pas responsable."

À l’heure actuelle, le PSG profite des installations du Parc des Princes grâce à un bail emphytéotique de 30 ans. La mairie de Paris ne semble pas disposée à céder l’enceinte sans récupérer un chèque de 350 millions d’euros, selon les informations de RMC Sport. Une somme beaucoup trop élevée pour les dirigeants parisiens, qui songeraient ainsi à quitter la porte de Saint-Cloud.

Al-Khelaïfi: "Ils font pression sur nous pour que nous partions"

"Notre première option est de rester, mais je ne pense pas que la mairie veuille que nous restions, a confié Nasser Al-Khelaïfi à Marca. Ils font pression sur nous pour que nous partions. Cela fait cinq ans que nous discutons avec eux. (...) Le conseil municipal pense que nous plaisantons, mais ce n'est pas le cas et nous sommes très sérieux quant aux autres options. Nous étudions d'autres options car je pense que nous ne sommes plus les bienvenus au Parc des Princes. Ils jouent avec nous et nous en avons assez."

En cas de départ du Parc des Princes, les dirigeants du PSG ont deux options. La première est de répondre à l’appel d’offres de renouvellement de la concession du Stade de France (qui se termine en 2025) et potentiellement faire une offre d'achat. La consultation est attendue pour 2023. Le Stade de France, propriété de l'État qui cherche à le vendre, serait évalué à environ 600 millions d'euros.

La seconde option serait de projeter la construction d'une nouvelle enceinte. Le club aurait déjà repéré deux sites qui pourraient accueillir un tel chantier. Reste à savoir si ce coup de pression de Nasser Al-Khelaïfi pourrait réellement aboutir à un départ du Parc des Princes, ou s'il s'agit juste d'un levier de négociation.

F.Ga