RMC Sport

Le PSG et Ben Arfa ont rendez-vous aux prud’hommes lundi

Le bras de fer juridique entre le PSG et Hatem Ben Arfa débute lundi par une tentative de conciliation aux prud'hommes, coup d'envoi d'une procédure potentiellement longue par laquelle l'ancien Parisien conteste une mise à l'écart de plus d'un an.

Le litige "sera examiné devant le bureau de conciliation du conseil de prud'hommes de Paris" le 8 avril à partir de 09h, a indiqué à l'AFP l'avocat du joueur, Jean-Jacques Bertrand. Seul un accord entre les deux parties peut mettre fin à la procédure. Dans le cas contraire, l'affaire sera jugée plus tard lors d'une audience publique. Hatem Ben Arfa, 32 ans, reproche à son ancien club de l'avoir mis à l'écart pour des raisons extra-sportives entre avril 2017, date de son dernier match avec le PSG, et la fin de son contrat à l'été 2018.

L'international français (15 sélections) réclame entre 7 et 8 millions d'euros d'indemnités pour le préjudice subi, une somme qui correspond à des primes d'éthique et de matches non versées. "Ça a été une grosse épreuve, a déclaré Ben Arfa, dans un entretien diffusé lundi dans l'émission Tout le sport" sur France 3. Je n'étais pas préparé à vivre ça, c'est hors du commun dans le monde du football, d'être (mis) au placard", a-t-il dit.

Des retrouvailles le 27 avril au Stade de France

Arrivé de Nice en 2016, Ben Arfa a joué son dernier match sous les couleurs parisiennes le 5 avril 2017, réalisant un doublé et une passe décisive face à Avranches (4-0) en Coupe de France. La direction du PSG n'aurait pas apprécié notamment qu'il se plaigne directement auprès de l'émir du Qatar, propriétaire du club, d'un manque de communication avec le président Nasser Al-Khelaïfi, présent lors de l'échange. Ben Arfa est allé au bout de son contrat à l'été 2018, sans jouer, avant de signer libre à Rennes en début de saison. Avec son nouveau club, il défiera d'ailleurs le PSG le 27 avril en finale de la Coupe de France.

MI avec AFP