RMC Sport

Lens respire, Le Havre reste dans le flou

Gervais Martel

Gervais Martel - AFP

Après l’arrivée de 4 millions d’euros sur les comptes du RC Lens, la DNCG a levé ce mardi l’interdiction de recruter qui pesait sur le club nordiste. Au Havre, en revanche, des interrogations persistent autour du projet de reprise de Christophe Maillol.

Gervais Martel avait raison d’être confiant. Après son passage ce mardi devant la Direction nationale du contrôle de gestion (DNCG), le président du RC Lens s’était déclaré « optimiste » quant à la décision du gendarme financier du football professionnel. Ce dernier lui a donné raison en validant les comptes lensois, alimentés par 4 millions d’euros en provenance d’Azerbaïdjan.

L’avant-dernier de Ligue 1 voit ainsi son interdiction de recrutement levée, ce qui va lui permettre de demander l’homologation des contrats de trois joueurs libres qui s'entraînent depuis des semaines à la Gaillette : Landry N’Guemo, Samuel Atrous et Benjamin Boulenger. Cette petite victoire n’est cependant qu’un sursis pour les Sang et Or, qui doivent encore trouver 14 millions d'euros en janvier pour finir la saison et espérer recruter au mercato d'hiver.

Le HAC repassera en janvier

En ce qui concerne Le Havre (L2), la situation n’est en revanche pas beaucoup plus claire. Le projet de reprise du doyen des clubs français par Christophe Maillol apparait toujours aussi nébuleux. L'actuel président, Jean-Pierre Louvel, affirme que les 20 millions d'euros promis par l'ancien rugbyman (7 millions pour racheter le club, 13 millions pour investir) sont en cours de transfert. Il a d'ailleurs présenté ce mardi un budget qui prend en compte cet apport d'argent. « Des réponses probantes ont été apportées concernant la réalisation effective du projet. Quelques éléments complémentaires seront fournis à la DNCG afin que celle-ci puisse rendre ses conclusions », a-t-il ainsi affirmé dans un communiqué.

Mais d'après nos informations, la DNCG resterait perplexe. Elle n'a ainsi pas reçu les garanties de l'existence de ces 20 millions d'euros. Elle attend donc un dossier mieux ficelé et veut revoir les dirigeants haut-normands début janvier avant de se prononcer.

J.S. avec M.F.