RMC Sport

Lens-Strasbourg: le coup de gueule de Laurey à cause du brouillard

Strasbourg a décroché un succès important à Lens (1-0) ce samedi lors de la 19e journée de Ligue 1. Malgré la victoire de son équipe, Thierry Laurey a regretté le maintien de cette rencontre en dépit d'un brouillard épais et une visibilité basse.

De l’autre côté des Pyrénées, Zinédine Zidane a fustigé le maintien du match du Real sur la pelouse d’Osasuna (0-0) malgré des conditions météo difficiles. A quelque 1000 kilomètres de là, à Lens, Thierry Laurey a lui pesté contre le maintien du match entre les Nordistes et son équipe de Strasbourg sous un brouillard impénétrable. Même la victoire de ses protégés (1-0) n’a pas fait sourire le technicien alsacien.

"Je me suis plaint parce que je n’ai pris aucun plaisir à coacher en première période. Je ne savais pas quel joueur faisait quoi de l’autre côté du terrain, a expliqué l’entraîneur strasbourgeois en conférence de presse. Je veux bien que l’arbitre voit, que les joueurs voient entre eux même si j’ai des doutes car certains de mes joueurs disaient ne rien voir… A un moment quand tu renverses le jeu, tu ne vois pas qui est à l’opposé."

Laurey: "L’arbitre avait décidé seul, comme un grand garçon"

Au cœur du problème selon le coach du RCS, la décision de l’arbitre central de faire jouer cette rencontre. Clément Turpin a maintenu ce Lens-Strasbourg sans consultation.

"J’en ai parlé à l’arbitre mais comme il avait décidé, seul, comme un grand garçon, de faire démarrer la rencontre, a encore regretté le technicien de 56 ans. Une fois que le match est parti, c’est parti. C’est aussi simple que ça. Moi c’est la première fois que je ne prends pas de plaisir à être au bord du terrain pour voir mon équipe jouer."

Laurey "a entendu un bruit" sur le poteau d’Ajorque

Après un premier but d’Habib Diallo après une vingtaine de minutes de jeu, Strasbourg est passé tout près de doubler la mise grâce à Ludovic Ajorque. Mais le buteur de 26 ans a vu sa frapper heurter le poteau de Jean-Louis Leca… enfin c’est ce que croit Thierry Laurey. Le coach alsacien a confié qu’il n’avait rien vu de cette belle action offensive.

"Je sais que Ludo a tiré sur le poteau… apparemment. J’ai entendu un bruit et en l’entendant je me suis dit qu’il y avait dû avoir un poteau, a encore indiqué l’entraîneur face à la presse. C’est toujours regrettable de ne pas pouvoir partager tout ce qu’il se passe. Pour le public, les gens devant la télé, je ne vois pas où le plaisir. Ils vont zapper et aller voir un match sans brouillard." Et dire que Strasbourg a gagné.

JGL avec Jean Bommel