RMC Sport

Les trois meilleurs OM-PSG de Basile Boli

Basile Boli

Basile Boli - AFP

A trois jours du choc contre le PSG, La Provence a donné la parole à Basile Boli. L'ambassadeur de l'OM a établi son podium des meilleurs moments.

Son but du 29 mai 1993 face au Milan AC en finale de la Ligue des champions

Trois jours après le sacre en finale de Ligue des champions contre le Milan AC, l’OM bat le PSG 3 à 1 grâce notamment à une tête d’anthologie de Basile Boli. "Avec des passes sorties de nulle part, je suis donc arrivé dans la surface. Ma première idée, c'est d’attaquer le ballon. Quand je me suis relevé, j’ai vu la balle en pleine lucarne. Il y a eu un bruit énorme dans le stade Vélodrome! C’est un moment inoubliable. J’ai couru vers Abedi (Pelé) pour lui dire : "Mais qu’est-ce que tu me fais, en l’espace de trois jours, tu me fais marquer deux buts d’anthologie. Au moment où j’ai marqué, il y a eu dans le stade comme un cri qui ne s’arrête jamais, ça égalait le but de Waddle en 1991 contre Milan et celui de Sauzée en 1989 face au PSG."

La victoire 1-0 au Parc, le 20 décembre 1992 (but de Boksic)

« C’était une boucherie ! C’est le seul match où le coach (Raymond Goethals) n’a pas parlé, Bernard Tapie non plus. Dans le vestiaire, il a affiché l’article dans lequel Artur Jorge et David Ginola disaient qu’ils allaient nous marcher dessus. Quand on te dit ça, si tu es un homme, comment tu réponds? Tu réponds sur le terrain ! On les avait bougés, ils s’étaient chiés dessus (sic). Avant la rencontre, quand on était sur la pelouse, Ginola m’avait dit : "Baze, il paraît que tu as un contrat sur moi?" Je lui avais répondu: "Tu vois, tu viens de le signer ce contrat, en bonne et due forme..."

1991 : Boli fait gagner l’OM 1-0 au Parc des Princes

« Je me rappelle bien. Bruno Germain dévie de la tête et j’arrive au deuxième poteau. Ma famille et mes copains étaient dans les tribunes. C’est l’un des buts les plus importants pour moi. En tant que romainvillois et parisiens, tous mes amis étaient contre l’OM. J’étais donc plutôt content! »

Son anecdote des OM-PSG

« Je portais des crampons, des 18, les autres disaient: "Non, Basile ne les mets pas, sinon l’arbitre va te dire de les changer !" Je passais derrière pour qu’il ne voie pas. C’est Carlos (Mozer) qui m’a montré. Il aimait bien. Si je vous touche avec ça... (Il se marre). Avant le coup d’envoi, on laissait la porte entrouverte, on attendait que les joueurs du PSG sortent les premiers, ils patientaient deux ou trois minutes dans le couloir et nous, on arrivait comme des tueurs ! Alain Roche, il avait toujours peur. Et la peur fait que tu attaques. Mais c’était gentil. Je sais qu’il vomissait avant les matches. Il nous regardait, il tremblait tellement qu’il mettait des coups à Abedi, à tout le monde... »

Basile Boli finit cette interview à La Provence en conseillant aux joueurs de l’OM de « bouger » les Parisiens dimanche. Boli sait de quoi il parle…

la rédaction avec FG à Marseille