RMC Sport

Ligue 1 : Ben Arfa, Boufal, Saint-Etienne : les tops et flops de la 29e journée

Le retour tant attendu et convaincant d’Hatem Ben Arfa à Nice, qui monte sur le podium, l’altruisme de Sofiane Boufal, les regrets de Bordeaux et le coche manqué de Saint-Etienne : voici les tops et les flops de la 29e journée de Ligue 1.

TOPS

Lopes

Il n’avait plus marqué en Ligue 1 depuis le 28 février 2015 et un succès du Losc contre Lyon (2-1), durant lequel il avait aussi adressé une passe décisive. Transféré depuis à Monaco mais prêté à nouveau à Lille cet hiver, le milieu offensif portugais a débloqué la situation des siens, opposés à Reims samedi soir, d’un coup franc aussi superbe que fracassant. Le principal trait de lumière pour une formation particulièrement gênée par le cran rémois.

Boufal

On lui a souvent, et à juste, titre reproché d’être un peu trop « perso ». Face à Reims, Sofiane Boufal a brillé pour les autres. C’est lui qui obtient le coup franc que transformera avec maestria Ronny Lopes. Et c’est surtout lui qui décale dans la surface Eder pour le deuxième but lillois. Une très bonne prestation, portée sur le jeu collectif et la volonté de bien faire jouer son équipe.

Ben Arfa

Il est entré, il n’a pas marqué mais il a quand même tout changé. Nice n’avait plus gagné depuis la blessure d’Hatem Ben Arfa. Son maitre à jouer sur le terrain, l’OGCN a renoué avec le succès. Accrochés par Troyes, les Aiglons ont passé la seconde lorsque l’international français est entré (60e). Ses dribbles et ses inspirations ont fait mal aux Troyens… même si Mahamane Traoré, sur une subtile déviation de Valère Germain (auteur du premier but), qui a scellé le succès azuréen… synonyme de podium.

FLOPS

Cardinale

Son erreur n’a finalement pas eu d’incidence néfaste pour son équipe, qui a fini par venir à bout de Troyes (2-1). Mais si le portier niçois peut parfois être touché par la grâce, comme il y a trois semaines devant Michy Batshuayi, il peut aussi se manquer totalement. Cela a été le cas ce samedi soir, où sa responsabilité est totalement engagée sur l’égalisation de Corentin Jean.

Saint-Etienne

On attendait, au vu de leur frustration mercredi dernier suite à leur élimination en quarts de finale de la Coupe de France, une réaction d’orgueil à Angers. Si l’ASSE a dominé (61 % de possession de balle), les Verts, sauvés par la transversale de Ruffier sur une tentative de Billy Ketkeophomphone, n’ont cadré qu’un seul de leurs six tirs. C’est encore dans la finition que les hommes de Christophe Galtier ont péché, à l’image de ce face-à-face perdu de Kevin Monnet-Paquet face à Alexandre Letellier. Ce qui les prive du podium.

Bordeaux

Ils ont tiré, beaucoup (11). Cadré un peu (4). Et ils pensaient d’ailleurs l’emporter, au terme d’un match pris par le bon bout. Mais à force de ne pas tuer le match (n’est-ce pas Arrambari, et ce raté inexplicable à la 79e alors que le but lui était grand ouvert !), Bordeaux s’est fait logiquement punir par l’égalisation en toute fin de match de Larbi (89e). Et dire que Cheikh Diabaté pensait avoir fait le plus dur en ouvrant le score sur penalty et inscrivant par la même occasion son 7e but de la saison… Un nul qui fait du bien au Gaz, qui n’a toujours pas gagné depuis le 19 janvier. Pas aux Girondins, qui restent scotchés à la 12e place.