RMC Sport

Ligue 1: Didier Quillot s’insurge contre les reports et les gilets jaunes

Dans une interview accordée à RMC Sport, Didier Quillot, directeur exécutif de la Ligue de football professionnel (LFP), pousse un coup de gueule contre les reports de matchs de L1 à répétition le week-end prochain et le mouvement des gilets jaunes.

Après les huit reports de la 17e journée de L1, déjà cinq rencontres de la 18e journée ont subi le même sort (Nice-Saint-Etienne, Nantes-MontpellierOM-Bordeaux, Caen-Toulouse (repoussé à mardi) et Guingamp-Rennes) pour le week-end prochain en raison des manifestations des gilets jaunes. Une situation qui exaspère Didier Quillot. Dans une interview accordée à RMC Sport, le directeur exécutif de la LFP pousse un coup de gueule contre la multiplication de ces reports et le mouvement des gilets jaunes.

"Un sentiment de lassitude"

"Nous, on est pragmatique, souligne le dirigeant. On a une ligne qui est de dire: 'on ne décide pas d’annulation systématique de la journée. On traite au cas par cas, localement, avec le Préfet et le ministère de l’Intérieur et on décide ou non de reporter après cet accord tripartite'. Il y a maintenant un sentiment de forte lassitude, pas seulement dans l’opinion publique, mais y compris en ce qui me concerne et les équipes de la Ligue sur le sujet." 

"J’ai envie d’aller faire mes courses de Noël tranquillement ce week-end"

"Il y a huit jours, on appelait au calme parce que la situation était très tendue, poursuit-il. Aujourd’hui, je crois que les choses doivent revenir à la normale. Il ne m’appartient pas de commenter le mouvement des gilets jaunes mais j’ai envie, en tant que directeur général de la Ligue mais aussi en tant que citoyen, d’aller faire mes courses de Noël tranquillement ce week-end."

"La reprogrammation va être un cauchemar"

"Nous sommes des victimes. Quand je dis ‘nous’, je parle des supporters, des équipes. La reprogrammation va être un cauchemar. C’est embêtant parce ça pose des problèmes de programmation et d’équité. La seule chose qu’on a envie de dire, c’est un retour au calme et à la raison."

NC avec Loïc Briley