RMC Sport

Ligue 1: Kombouaré lance un appel à la grève

Touché par les descentes d’Amiens et de Toulouse, qu’il estime injustes, Antoine Kombouaré a appelé joueurs et entraîneurs à militer pour une Ligue 1 à 22 clubs la saison prochaine. Et à faire grève collectivement le cas échéant, s’ils ne parvenaient pas à l’obtenir.

Antoine Kombouaré a du tempérament et souhaite le mettre à profit du collectif. L’ancien entraîneur de Toulouse, son dernier club, est chagriné par la situation du TFC, relégué en Ligue 2 après le gel du classement à la 28e journée. Il prône que la saison prochaine se joue à 22 clubs en Ligue 1, ce qu’a déjà réclamé Amiens, où son fils travaille, en tant que directeur administratif. "Je tiendrais le même discours s’il s’agissait de Brest, Nîmes, Dijon, Metz ou Saint-Etienne", a-t-il assuré au quotidien l’Equipe

Pour combattre ce qu’il juge être une "une profonde injustice", le Kanak préconise une solution radicale, "que les joueurs et les entraîneurs se mettent d’accord pour faire grève en début de saison prochaine si ça n’évolue pas". Soutenu dans son entreprise par des personnalités comme Laurent Blanc et Alain Roche, Kombouaré lance un appel à sa corporation, tout en assurant "qu’il ne s’agit pas de remettre en cause l’arrêt des championnats". "Car il y une urgence sanitaire dépassant le football", a-t-il dit.

Kombouaré: "Il faut faire bloc !"

Mais il espère cependant une réaction forte des décisionnaires, à la hauteur des enjeux. "J’attends que Philippe Piat et Sylvain Kastendeuch (les présidents de l’UNFP) se bougent, a lâché l’ex-joueur et entraîneur du Paris Saint-Germain. On ne les entend pas sur le sujet. De même que Raymond Domenech (président de l’Unecatef). M. Le Graët (président de la FFF, ancien président de l’EAG) aurait-il été d’accord si Guingamp était parmi les relégués ? Maintenant, il faut se faire entendre et monter au créneau."

Il est très inquiet et s’attend à de la casse, "parmi les joueurs qui ne retrouveront pas de contrat mais aussi au sein des personnels administratifs des clubs". "Il y aura des licenciements. même au niveau amateur, cela va faire mal, a-t-il poursuivi. Que des joueurs mettent un terme à leur carrière de cette manière, c’est terriblement injuste. Et j’ai toujours détesté l’injustice. Par rapport à la souffrance et à l’inquiétude nées de cette crise, il faut faire bloc. On n’est pas assez solidaires. Cela me fait bondir."

QM