RMC Sport

Ligue 1: la pelouse de la Mosson en voie de guérison

-

- - -

Pointée du doigt et largement critiquée par les joueurs parisiens le week-end dernier à l'issue de Montpellier-PSG (0-0), la pelouse du stade de la Mosson devrait retrouver des couleurs à l'occasion de la réception de Nice, le 14 octobre prochain.

Elle avait fait beaucoup causé, samedi dernier. Elle, c'est la pelouse de la Mosson, qui en avait pris pour son grade après le match nul concédé par le PSG à Montpellier (0-0). Que ce soit Thomas Meunier ("Terrain catastrophique. Il faut dire ce qui est"), Thiago Silva ("si vous regardez le terrain, c’était nul pour jouer au foot. C’était impraticable. C’est impressionnant. La dernière fois que j’ai vu un terrain comme ça, j’avais 15 ans"), ou encore Marquinhos ("un terrain qui m’a rappelé le centre de formation au Brésil"), tous les Parisiens étaient unanimes au moment d'évoquer la pelouse montpelliéraine.

A lire aussi: la très belle stat de Cavani

L'entraîneur du MHSC, Michel Der Zakarian, avait déjà pointé du doigt la qualité du rectangle vert local au soir de la défaite contre Nantes. "On joue sur un terrain, c’est une catastrophe, s'était plaint l'ancien technicien canari. C’est un scandale de jouer sur une pelouse comme ça."

Victime d'un champignon

L’aire de jeu est touchée par le champignon pythium, qui se développe quand les températures atmosphériques dépassent 30°C et que celles du sol ne descendent pas sous les 24°C. La chaleur de cet été ainsi que celle du mois de septembre, combinées à l’arrosage ont entrainé sa prolifération. Pour ne rien arranger, la Mosson est équipée aujourd’hui d’une pelouse dite hybride dont le substrat (élaboré avec des fibres synthétiques, du liège, du sable et bien sûr de l’herbe) emmagasine la chaleur et favorise encore plus le développement du champignon.

A lire aussi-Riolo: "un PSG explosif"

Du coup, la Métropole de Montpellier, qui gère le stade et la pelouse, s’est rapproché du Cirad (Recherche agronomique pour le développement) pour trouver une solution. Aujourd’hui, tout le monde se veut rassurant. La baisse notable des températures (en dessous des 20 degrés la nuit) devrait entraîner la disparition naturelle du champignon et favoriser la pousse de la pelouse et la prise des nouveaux semis. La Mosson devrait donc retrouver un aspect vert pour la venue de Nice, le 14 octobre prochain... à moins que l’été indien ne se prolonge dans l’Hérault.

VIDEO-Rothen:"c'est un bon résultat mais il y a eu des manques"

Julien Landry