RMC Sport

Ligue 1: la réponse sèche de Garibian aux critiques de Germain sur l'attitude des arbitres

Après les critiques de Valère Germain sur le comportement des arbitres, comparés à des "cowboys" par l'attaquant de Montpellier, le directeur technique de l'arbitrage Pascal Garibian a pris la défense de sa profession ce mercredi dans "Rothen s'enflamme" sur RMC.

Les arbitres seraient-ils des "cowboys" ? Des "robots" avec qui le dialogue est impossible, comme le pense Valère Germain ? Sans surprise, Pascal Garibian ne partage pas ce point de vue. Invité ce mercredi de l’émission "Rothen s’enflamme", le directeur technique de l'arbitrage a répondu à l’attaquant montpelliérain, qui a poussé un gros coup de gueule dimanche contre l’attitude de Florent Batta, qui était au sifflet lors de la victoire du MHSC face à Lens (1-0).

>> Les podcasts de Rothen s'enflamme

"Je m’inscris en faux sur le fait qu’il n’y aurait pas de dialogue entre les joueurs et les arbitres. Il peut y avoir des moments de frustration et d’incompréhension. Mais quand un arbitre est entouré par trois ou quatre joueurs, ce n’est pas propice à de l’échange. Il y a du dialogue dans l’ensemble. On a analysé ce match Montpellier-Lens, c’était compliqué pour l’arbitre, avec un certain nombre d’actions de pression. Il y avait de la difficulté pour avoir de la sérénité", a réagi Garibian sur RMC. Remonté, Germain a proposé comme solution d’équiper les arbitres de Ligue 1 de micros ouverts pour que tout le monde puisse entendre leurs échanges avec les joueurs.

"Il y a un grand respect mutuel en général"

"Les arbitres n’ont pas besoin de micros pour se faire respecter. L’audio n’est pas un outil pour renforcer l’autorité des arbitres. Il y a trop de contestation dans le football. Les joueurs respectent l’arbitre dans leur grande majorité. Valère Germain met en cause un arbitre. Ce jour-là, nous étions au centre de visionnage. Tout est écouté, tout est enregistré. Cet arbitre n’a été désagréable à aucun moment. Evitons de faire son procès. Je m’inscris en faux sur cette mise en cause", a commenté Garibian.

"Tous les échanges sont analysés. Il y a un grand respect mutuel en général. Quand il y a des dérives, elles sont sanctionnées. Qu’on fasse l’utilisation de micros pour plus de pédagogie et de transparence, pour que les spectateurs comprennent mieux certaines décisions, pourquoi pas. (…) En tant que dirigeant de l’arbitrage français, je dis qu’il ne faut pas faire de généralités. Nous analysons les matchs de Ligue 1, Ligue 2 et National. Oui il faut du dialogue, mais les arbitres n’ont pas à se justifier en permanence", a appuyé le patron de l’arbitrage français.

RR