RMC Sport

Ligue 1: le match Nice-OM sera rejoué le 27 octobre

La Ligue de football professionnel a décidé de de reporter le match entre Nice et l’OM au mercredi 27 octobre. La rencontre, interrompue le 22 août dernier après les incidents survenus à l’Allianz Riviera, sera rejouée sur terrain neutre. Reste à savoir où.

Un peu plus de deux mois après. Nice et Marseille ont rendez-vous le mercredi 27 octobre pour rejouer leur match de la 3e journée de Ligue 1. C’est à cette date que la Ligue de football professionnel a décidé de replacer cette rencontre, interrompue le 22 août dernier après les incidents survenus à l’Allianz Riviera. Le coup d’envoi sera donné à 21h, à huis clos et sur terrain neutre. Reste à savoir où exactement.

Un point de retrait pour le Gym, Alvaro suspendu

Après plusieurs semaines d’investigation, la commission de discipline de la LFP a décidé la semaine dernière de faire rejouer ce match, qui a dérapé à la 75e lorsque Dimitri Payet, victime de jets de projectiles, a lancé deux bouteilles d’eau en direction des tribunes. De nombreux supporters niçois ont alors envahi le terrain, entraînant des échauffourées avec les joueurs et le staff marseillais.

L’OGC Nice, qui menait 1-0 lorsque la situation est devenue hors de contrôle, a écopé d’un point de retrait au classement (plus un avec sursis) et de trois matchs à huis clos (dont celui à rejouer contre l’OM). Alvaro Gonzalez, qui a jeté un ballon en direction du public, a reçu une suspension de deux matchs ferme. Payet, lui, a été sanctionné d’un match avec sursis.

Nice a décidé de ne pas faire appel

L’OM a regretté "un manque de fermeté" de la part de la Ligue, à l’image de son président Pablo Longoria: "Les autorités du football avaient l’occasion historique de faire preuve d’exemplarité en marquant les esprits. Ces sanctions ne semblent pas tenir compte du climat délétère qui a entouré cette rencontre au cours de laquelle leur sécurité n’était pas assurée, ce qui a pourtant été reconnu lors des auditions."

"Il faut l’accepter, peu importe ce que chacun pense de cette décision, a réagi Jorge Sampaoli, le coach marseillais, en conférence de presse. Je suis un entraîneur, j’ai déjà tout dit lors de mon audition. Eux savent ce que je pense de ce qui s’est passé. Nous devons maintenant jouer et progresser comme équipe. La justice prend des décisions tous les jours, il faut les accepter et continuer." Le Gym a décidé de ne pas faire appel des sanctions qui lui ont été infligées dans cette affaire.

Alexandre Jaquin avec Arthur Perrot