RMC Sport

Ligue 1: les nouvelles modifications attendues pour le protocole sanitaire face à la crainte du variant Omicron

Avec l’apparition d’un nouveau variant qui inquiète les autorités, la Ligue de football professionnel (LFP) est contrainte d’adapter ses propres protocoles en vigueur pour lutter contre la propagation du virus. Explication.

C’est un moment de convivialité prévu de longue date mais qui sera finalement organisé demain, mercredi, au sein de la LFP. En fin de saison dernière, le président de la Ligue de football professionnel, Vincent Labrune, avait lancé une invitation à tous les experts Covid et aux responsables de la LFP, qui ont travaillé sur les différents protocoles, à partager un pot.

L’occasion pour lui de remercier toutes ces personnes pour leur travail et leur implication sur ces questions sanitaires. Les emplois du temps de chacun étant très chargés depuis cet été, ce pot aura lieu demain, au moment où la situation sanitaire se dégrade. L’opportunité de faire un point sur le protocole en cours au sein du foot professionnel.

Le taux de vaccination dans le foot pro est très élevé, beaucoup plus qu’en population générale. En Ligue 1, 95% des joueurs sont immunisés (schéma vaccinal complet ou ayant le Covid il y a moins de 6 mois) et 98% des staffs le sont également. En Ligue 2, le taux atteint la barre des 90% pour les joueurs, et se maintient à 98% pour les staffs.

Le dernier protocole en cours date du mois d’octobre. Ce document d’une centaine de pages est en évolution permanente, mais vu la situation sanitaire, de nouvelles modifications sont attendues dès la prochaine journée de championnat, mercredi.

Les évolutions en cours

Premier élément, déjà en vigueur le week-end dernier: le masque sera obligatoire pour toutes les personnes dans le stade (public et acteurs). Les seuls personnes autorisées à ne pas avoir de masque sont les joueurs sur la pelouse, l’arbitre et l'entraîneur principal. Les remplaçants sur le banc doivent le porter.

Autre évolution, la durée de validité des tests. Le gouvernement a réduit ce délai de 72 à 24h. Le foot s’adapte donc aussi. Les membres des équipes (joueurs ou staff) non vaccinés doivent donc présenter un test PCR ou antigénique (désormais autorisés compte tenu des délais) négatif de moins de 24h avant le match.

Les médecins de tous les clubs ont reçu une recommandation formelle de la LFP d’inciter au rappel vaccinal de la troisième dose. Si dans le 7e mois après la 2e injection la 3e dose n’a pas été faite, le pass sanitaire ne sera plus valide et le joueur en question sera considéré comme n’étant plus protégé.

En lien permanent avec Olivier Véran

En zone média le port du masque est désormais obligatoire à tous moments pour les journalistes. Pour le moment les zones mixtes sont maintenues mais si la situation se dégrade elles pourraient être supprimées à nouveau. Les escort kids, sans contact avec les joueurs, sont pour le moment maintenus aussi mais cela pourrait évoluer si la situation venait à empirer.

Concernant le nouveau variant Omicron, des experts de la commission Covid sont en lien permanent avec le Ministère de la santé. L’un d’eux participait lundi à une réunion avec Olivier Véran. Ils sont dans l’attente d'informations supplémentaires. Aucune décision préventive ne sera prise.

Si jamais des éléments nouveaux venaient à montrer un risque accru lié à ce variant, des tests pour tout le monde (y compris les vaccinés) pourraient être imposés par la LFP. Avant ce pot à la Ligue demain, les médecins fédéraux et membres de la commission Covid doivent faire un point mercredi matin à la 3F

Loïc Briley