RMC Sport

Ligue 1: Maracineanu met la pression aux clubs pour évincer leurs supporters violents

Invitée de BFMTV ce mardi, Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux Sports, prône des sanctions individuelles pour lutter contre les violences dans les stades et incite les clubs à évincer les fauteurs de trouble.

Roxana Maracineanu, ministre déléguée aux Sports, a réagi, ce mardi sur BFMTV, aux sanctions infligées par la Ligue de football professionnel à Lens (deux matchs à huis clos à titre conservatoire) et Lille (fermeture du parcage visiteurs, également à titre conservatoire) après les incidents provoqués par des supporters, samedi. Elle les juge nécessaires dans un premier temps mais préfère un arsenal plus ciblé sur les fauteurs de troubles.

"On va aller vers des sanctions plus individuelles"

"On l’a vu avec la réaction du club de Lens, on va aller vers des sanctions plus individuelles, fait-elle remarquer. Dans le stade de Lens, il y a l’attirail pour repérer individuellement les personnes qui ont agi. Cette question se pose toujours entre sanction individuelle et collective. Il ne faut pas punir tout un stade ou un groupe de supporters parce qu’il y a des débordements qui concernent quelques personnes et provoquent l’arrêt de la diffusion du match pour les passionnés qui suivent ça à distance."

Dans cette esprit de cibler les coupables, elle met la pression aux clubs pour dénoncer les actes répréhensibles. "Entre les insultes, le déploiement de banderoles, les invectives, le jet de siège set l’envahissement du terrain, il y a toute sorte d’actes qui ne dépendent pas de la justice parce qu’ils ne sont pas considérés comme des délits par la loi, explique-t-il. (…) Il y a des choses sur lesquelles nous devons réfléchir avec les clubs. C’est leur devoir d’assurer la sécurité avec les stadiers, qui ont peut-être perdu l’habitude d’être là. Chacun doit remplir sa responsabilité à son niveau."

"Les clubs doivent osent se séparer de fans avec lesquels ils n’ont pas voulu se fâcher"

"Punir les clubs pour le comportement de quelques supporters, ce n’est pas la solution, conclut-elle. Il faut en passer par là mais derrière, il faut que cette situation découle sur la relation entre le club et les supporters. Il faut aussi que les clubs osent se séparer de certains fans qui apportent un certain nombre de supporters et avec lesquels les clubs, historiquement, n’ont pas voulu se fâcher. Les moyens existent pour individualiser les sanctions. Je suis prête à accompagner ces dépôts de plainte encore faut-il identifier ces personnes et c’est uniquement avec les clubs que cela pourra se faire."

NC