RMC Sport

Ligue1: Rennes arrache le nul à Nantes et rêve toujours d'Europe

Réduits à dix au retour des vestiaires après l'exclusion d'Emiliano Sala, les Nantais ont concédé le nul (1-1) face à Rennes, ce vendredi, en ouverture de la 34e journée de Ligue 1. Léa-Siliki a répondu à l'ouverture du score de Thomasson.

Un début de match perturbé par un jet de balles de tennis de la part des supporters nantais, une exclusion, une flopée de cartons jaunes et un combat de tous les instants entre deux équipes à la lutte pour une place européenne. Programmé ce vendredi en ouverture de la 34e journée de Ligue 1, à un horaire inhabituel (19h30), le derby de l’Ouest entre Nantes et Rennes n’a pas déçu. Disputé devant un public bouillant, il a finalement accouché d'un match nul (1-1). Un résultat qui permet aux visiteurs d'enchaîner un neuvième match de suite sans défaite face aux Nantais et de conserver provisoirement leur 5e place au classement.

Sala exclu, poteau pour Khazri

Incapables de l'emporter depuis début mars et un succès face à Troyes, les hommes de Claudio Ranieri continuent, eux, de faire du surplace et restent englués à 8e place. Ils avaient pourtant fait le plus dur en ouvrant le score peu avant la pause grâce à Adrien Thomasson (42), décisif du droit après un ballon relâché par Tomas Koubek. Un but qui venait alors récompenser la bonne première période réalisée par les Nantais, décidés à jouer très haut pour empêcher les Rennais de produire leur jeu. Mais les locaux ont ensuite souffert.

A lire aussi >> Nantes-Rennes: les supporters nantais perturbent le début de match avec des balles de tennis

Réduits à dix après l'exclusion d'Emiliano Sala au retour des vestiaires (46e), ils ont subi une série de vagues rennaises et ne sont pas parvenus à concrétiser leurs rares occasions en contre. Et à dix minutes du coup de sifflet final, James Léa-Siliki a refroidi la Beaujoire en égalisant sur une belle enroulée, déviée par Nicolas Pallois (81e). Rennes a alors assiégé le but de Ciprian Tatarusanu, qui a vu Wahbi Khazri envoyer une tête sur ses montants, avant de se montrer décisif devant Joris Gnagnon. Mais le public de la Beaujoire espérait mieux pour fêter les 75 ans de leur club.

RR