RMC Sport

Lyon : la stratégie d’Aulas en questions

-

- - AFP

Jean-Michel Aulas a confirmé ce lundi qu’il enverrait des requêtes au CNOSF concernant la réduction de la suspension de Zlatan Ibrahimovic et une éventuelle rétrogradation administrative du RC Lens. Deux dossiers qui pourraient, selon le président lyonnais, chambouler le classement après la 38e journée de Ligue 1.

Que conteste-t-il ?

Dans le viseur de Jean-Michel Aulas, le PSG et Zlatan Ibrahimovic, qui a vu sa peine réduite de quatre à trois matchs par le CNOSF (après sa sortie incendiaire contre les arbitres et la France à Bordeaux mi-mars), et qui a donc pu jouer ce dimanche, lors de la victoire du club de la capitale à Nantes (0-2). Une situation que remet en cause JMA : « Il y a un problème de forme et de fond au regard de l’équité. A partir du moment où la Ligue transige, via le CNOSF, avec deux clubs (le PSG et l’OM avec Dimitri Payet) au détriment des autres, il y a perplexité et réflexion à mener. J'ai cru comprendre que cette décision avait pu faire l'objet d'un arrangement. J'arrête de boycotter dans un sens (Canal+), et de l'autre, je réduis les décisions qui, par ailleurs, sont habituellement appliqués aux autres clubs. »

Mais Aulas a plus d’un tour dans son sac de réclamations. Le boss de l’OL, déterminé à exploiter la moindre faille pour rafler un huitième titre de champion, espère profiter de la situation du RC Lens, officiellement relégué sportivement ce week-end et dans le viseur de la DNCG. En anticipant une éventuelle rétrogradation administrative. « Est-ce que Lens était régulièrement qualifié tout au long de la saison au regard de ce qui a été évoqué ? Je ne sais pas mais le règlement dit que quand un club s’arrête avant la fin, on retraite les points, ce qui est plutôt en notre faveur (Lyon compte une victoire et une défaite contre Lens alors que Paris a remporté ses deux rencontres face aux Sang et Or, ndlr) », avait-il expliqué samedi au micro de Canal +.

Où en est la situation ?

Jean-Michel Aulas qui avait annoncé vouloir envoyer « un mémoire » au CNOSF ce lundi, attend les procès-verbaux des comptes rendus de la LFP. « Nous avons un mois. La décision a été prise le 17 avril et cela nous porte jusqu'au 17 mai pour éventuellement intervenir », précise le patron du club rhodanien.

Quelles conséquences possibles ?

Pour le président de l’OL, le titre pourrait bien se jouer sur tapis vert après la fin du championnat. « Je n’exclus pas qu’il y ait des rebondissements, si jamais certaines des questions, que j’ai posées en temps et en heure, avaient des réponses au-delà », a-t-il expliqué ce lundi lors d’une conférence téléphonique. Selon nos informations, les deux requêtes de Jean-Michel Aulas ne sont pas recevables. Aucun règlement n’oblige le président de la LFP, Frédéric Thiriez, à réunir son bureau pour valider ou non la proposition du CNOSF, contrairement à ce que revendique JMA. L’annulation de tous les résultats de Lens est également irrecevable.

Qu'en pensent les autres présidents ?

La sortie de Jean-Michel Aulas n’a pas été accueillie de la même manière par tous ses homologues. S’il n’a pas souhaité posé de réserve concernant Zlatan Ibrahimovic, Waldemar Kita, le président du FC Nantes, comprend la démarche du patron de Lyon : « « Au moins, il y en a un qui bouge les choses et je sais que ça ne plaît pas à tout le monde. Que le mec défende son club, je suis tout à fait d’accord. Il fait bouger les lignes, c’est normal. C’est le mec qui aujourd’hui à le plus d’expérience parmi nous tous. Je suis 100% d’accord avec lui. Je le soutiens dans sa démarche. »

Un avis que ne partage pas vraiment Bernard Caïazzo, le président du comité de surveillance de l’AS Saint-Etienne. « J’estime qu’il vaut mieux un football paisible, où tout le monde est content pour qu’on remette l’église au milieu du village, glisse le dirigeant des Verts. Autant, par rapport au boycott de Canal + (par le PSG et l’OM, ndlr), avec qui on est amis depuis 30 ans, j’aurais préféré une position plus souple. Mais si pour que les choses soient revenues à la normale, il a fallu passer de quatre à trois matchs de suspension pour Zlatan, ce n’est pas une affaire d’Etat ! Ça n’empêchera pas le PSG d’être champion. Donc il faut arrêter de chercher tout le temps des petites choses à droite ou à gauche. Ce sont des polémiques qui, sincèrement, ne font pas grandir le football français. »

Laporte : « Aulas a des ambitions de pouvoir »

Pour Bernard Laporte, ancien secrétaire d’Etat aux Sports et actuel manager du RCT, Jean-Michel Aulas essaie avant tout de déstabiliser le président de la LFP, Frédéric Thiriez, pour s’octroyer plus de pouvoir. « C’est quelqu’un de très intelligent, on ne peut pas lui enlever, lance le membre de la Dream Team RMC Sport. Je crois que là, il va chercher à fragiliser la Ligue parce qu’il a certainement des ambitions de pouvoir. Non directement mais à distance du moins. C’est un homme qui aime le pouvoir, c’est un homme très intelligent et effectivement, il se sert de tout cela pour fragiliser Thiriez. Et la FFF entre également en jeu. Il aimerait bien avoir la mainmise sur tout. Sur la ‘‘Fédé’’ en passant par la Ligue. Il est tout sauf fou. Il sait très bien qu’il ne gagnera rien du tout là. »

AJ, JB, NJ et GQ