RMC Sport

Lyon: les taxis menacent de bloquer l’accès au Parc OL

Le Parc OL

Le Parc OL - AFP

En pleine fronde contre la concurrence jugée déloyale des VTC, les taxis lyonnais menacent de perturber l’accès au Parc OL mercredi prochain, à l’occasion de la réception de Bordeaux. En cause, un partenariat signé entre l’OL et le service Uber.

Il faudra peut-être prendre ses précautions pour pouvoir assister à Lyon-Bordeaux mercredi prochain (19h). L’accès au Parc OL risque en effet d’être rendu difficile par les taxis. Ces derniers envisagent de mener une action devant la nouvelle enceinte lyonnaise afin de protester contre le partenariat signé entre l’OL et le service de VTC Uber, indique le quotidien Le Progrès dans son édition du jour.

Via l’application Parc OL, les spectateurs qui se rendront au stade pourront bientôt commander directement leur Uber pour rentrer chez eux. « Uber est présent à Lyon depuis 2013 et il nous a semblé naturel de poursuivre notre développement local en nous associant à l’un des lieux les plus vibrants de la région », expliquait Alexandre Droulers, le General Manager de Lyon, dans un communiqué la semaine dernière. 

« Jean-Michel Aulas ne se déplace qu'en taxi »

Menée depuis quelques jours dans plusieurs grandes villes française, cette fronde des taxis pourrait donc perturber l’accès au Parc OL. A moins d’une volte-face du club sept fois champion de France. « L'OL va revenir sur ce partenariat, clame Pascal Wilder, président de la Fédération Rhône des taxis indépendants dans Le Progrès. Jean-Michel Aulas qui, d'ailleurs, ne se déplace qu'en taxi, est quelqu'un d'intelligent. Il est à même de comprendre qu'une société comme Uber ne paie pas d'impôts en France et qu'il est important de faire travailler localement ».

Discussions demain entre l'OL et les taxis

En fin d'après-midi, l'OL a indiqué par communiqué de presse "que que tous les taxis ont accès au Parc Olympique Lyonnais pour déposer ou venir chercher leurs clients, avec un accès qui leur est dédié", mais qu'il entamera néanmoins dès demain vendredi "des discussions avec différents représentants des associations de taxis dont Jean-Paul Durand, Président de la maison des taxis du Rhône et secrétaire de "l'Union Nationale des taxis", et Pascal Wilder, Président de la fédération des taxis indépendants 69".