RMC Sport

Metz: Antonetti en remet une couche sur le PSG... et la Super League

Avant de se rendre à Brest dimanche, l’entraîneur du FC Metz Frédéric Antonetti est revenu sur son expulsion face au PSG mercredi soir. Un carton rouge que le coach des Grenats digère mal, déplorant la différence de traitement entre "les grands clubs" et les autres.

Début de saison difficile pour Frédéric Antonetti. Toujours sans victoire et bon dernier de Ligue 1, son FC Metz a lourdement chuté à Strasbourg il y a une semaine (3-0), avant de craquer dans les derniers instants face au PSG (2-1), mercredi. C’est avec la nécessité de réagir que le coach lorrain se rendra dimanche à Brest (15h), pour une rencontre entre deux formations qui n’ont pris que trois points lors des sept premières journées. "On a une crise de résultats mais je sais qu’on a un bon groupe. Les résultats nous fuient un petit peu. Je pense que si on avait trois ou quatre points de plus, il n’y aurait rien à dire", a-t-il expliqué vendredi en conférence de presse, avant de revenir sur son exclusion contre Paris.

"Les grands clubs n’aiment pas l’incertitude"

Dans une fin de match tendue, il avait perdu ses nerfs après le carton rouge reçu par son défenseur Dylan Bronn et s’en était pris verbalement à l’arbitre. "C’est passé. Regardez les dix dernières minutes et vous comprendrez que parfois, on peut perdre son sang-froid. C’est très accablant et triste. Vous savez, les grands clubs n’aiment pas l’incertitude, c’est pour ça qu’ils veulent créer la Super League. Et qu’un petit club comme nous puisse leur tenir tête… Ils ne supportent pas. Le football, c’est l’incertitude, c'est ce qui fait son charme. Un petit club comme nous, sur un match, peut contrarier cette équipe. Ces gens n'aiment pas la contrariété", a-t-il lâché.

Précisons tout de même que le PSG - au même titre que le Bayern Munich - s'était opposé à la création de la Super League, ce projet de ligue fermée lancé en avril par plusieurs cadors européens (Real Madrid, FC Barcelone, Atlético de Madrid, Chelsea, Arsenal, Tottenham, Liverpool, Manchester City, Manchester United, Juventus Turin, AC Milan et Inter Milan). Un projet très décrié et qui avait fini par exploser en plein vol sous la pression politique et populaire.

Après Metz-PSG, Antonetti avait déjà taclé son adversaire en dénonçant un arbitrage pro-parisien à ses yeux et en taclant l’attitude de Kylian Mbappé. "Il a intérêt à avoir un autre comportement s'il veut être aimé. J'adore ce joueur, il est très, très fort, mais il gagnerait à avoir un comportement plus humble", avait lancé l’entraîneur des Grenats au sujet de l'international français. De quoi promettre des retrouvailles animées pour le match retour programmé lors de la 38e journée, le 21 mai prochain.

RR