RMC Sport

Mino Raiola : « Zlatan va rester au PSG »

Nasser al-Khelaïfi et Zlatan Ibrahimovic

Nasser al-Khelaïfi et Zlatan Ibrahimovic - -

INFO RMC SPORT. Invité exceptionnel de Luis Attaque ce jeudi, Mino Raiola, l’agent de Zlatan Ibrahimovic, a tenu à clarifier la situation de l’international suédois. L’occasion de faire le tour de l’actualité parisienne et de ses poulains. Un témoignage instructif.

Mino, votre mercato va-t-il être agité ?

Je ne pourrai répondre à cette question que le 2 septembre. Pour l’instant, on prépare les choses, on parle beaucoup. Cela ne bouge pas trop car certains clubs attendent leur nouvel entraineur, d’autres la fin de la Coupe des Confédérations… Beaucoup de clubs ne savent pas encore ce qu’ils vont faire.

Zlatan va-t-il poursuivre son aventure au PSG ?

Oui, il va continuer au PSG l’année prochaine. Il est très content à Paris. Il a gagné le titre, il a marqué des buts, il a fait son boulot, il a fait ce qu’il avait à faire, tout ce qu’il avait promis. Il a une bonne relation avec Carlo Ancelotti mais il a toujours eu de bonnes relations avec ses entraineurs, à part Guardiola (au Barça, ndlr). Les entraineurs s’en vont ou arrivent. C'est dommage mais ça se passe comme ça.

Va-t-il être concerté pour le choix du futur entraineur parisien ?

L’entraineur, c’est le choix du club, pas celui des joueurs. Zlatan ne va pas s’immiscer dans ce débat.

A-t-il envie de jouer avec Wayne Rooney ?

Zlatan a toujours bien aimé évoluer avec les grands joueurs. Que ce soit Rooney ou un autre, ce n’est pas important pour lui. Je ne sais pas si Rooney va venir ou non mais ce qui est important, c’est de recruter de bons joueurs, quels que soient les noms.

Peut-il cohabiter avec Cristiano Ronaldo si ce dernier rejoint le PSG ?

Zlatan n’a aucun problème avec les autres joueurs. La seule personne avec qui il a eu des problèmes, et qu’il ne pourrait pas rejoindre dans son club, c’est Guardiola.

Vous êtes également l’agent de Grégory van der Wiel. Jouera-t-il lui aussi encore au PSG la saison prochaine ?

Il n’a pas fait une saison parfaite. Mais il a fait une bonne saison. C’est difficile à l’étranger. Les six premiers mois sont toujours compliqués. Il est arrivé à la fin du mercato d’hiver. Il est très content à Paris. C’est un joueur avec des qualités extraordinaires et ça, maintenant, il doit le montrer sur l’année. C’est toujours la deuxième année que l’on peut vraiment voir ce qu’un joueur est capable de faire. Tous les grands clubs le savent : c’est un des arrières offensifs les plus forts d’Europe. Il n’a pas eu une année extraordinaire. Mais cette année va être son année. 

Etienne Capoue est aussi l’un de vos clients. Sa venue au PSG est-elle en bonne voie ?

Il avait une possibilité de partir en janvier, avec beaucoup de clubs anglais qui le suivaient. Son président demande beaucoup d’argent. Maintenant, on va voir. Il est suivi en Angleterre, en Allemagne, en Italie. Mais pour le moment, je n’ai eu aucune demande du PSG concernant Capoue.

Quels conseils lui donnez-vous ?

Mon conseil, c’est toujours de s’améliorer, de grandir en allant dans un plus grand club pour jouer au plus haut niveau.

Quel serait le profil parfait du futur entraineur parisien ?

J’aime les entraineurs qui laissent quelque chose au club quand ils s’en vont. Un système de jeu, une manière de travailler, des assistants… C’est important pour un grand club. Un peu comme Ferguson qui a choisi son successeur. J’aime les clubs avec un système de jeu et une philosophie, qui gardent toujours le même projet. J’aimerais bien ce style, avec une philosophie très précise et l’envie de laisser quelque chose au club.

Leonardo peut-il se retrouver sur le banc du PSG ?

Leo a fait un bon travail comme dirigeant et il avait fait du bon travail sur le banc à l’Inter Milan. Si le club pense qu’il peut faire pareil à Paris et permettre au PSG de gagner encore le titre la saison prochaine et d’aller le plus loin possible en Ligue des champions, pourquoi pas ? Si le club et l’entraineur croient au même projet et sont sur la même ligne, c’est le plus important. Quand ce n’est pas le cas, tu ne vas pas loin.

La solution passe-t-elle par un entraineur italien ?

Non. La solution, c’est un bon entraineur. Il y en a des bons en Italie mais il y en a aussi des bons ailleurs.

A lire aussi :

>> Paris toujours dans le flou

>> Mercato : les rumeurs étrangères du 12 juin

>> Garcia, le défi romain

Luis Attaque