RMC Sport

Monaco-Nîmes: encore réduit à dix, l'ASM ne gagne toujours pas

Alors qu'ils menaient 2-0 grâce à des buts de leurs recrues Islam Slimani et Wissam Ben Yedder, les Monégasques ont finalement concédé le nul face à Nîmes (2-2) ce dimanche, à l'occasion de la troisième journée de Ligue 1. Le club du Rocher a été plombé par l'exclusion de Jemerson en début de seconde période.

Après deux déroutes subies face à Lyon (3-0) et Metz (3-0), Monaco était déjà dans l’obligation de s’imposer ce dimanche face au Nîmes Olympique pour enfin lancer sa saison. Mais les hommes de Leonardo Jardim n’ont pas fait mieux qu’un match nul (2-2), à l’occasion de la troisième journée de Ligue 1. Tout semblait pourtant bien parti pour le club du Rocher. Bousculés sur certaines séquences, mais surtout entreprenants sur le plan offensif, les Monégasques ont fait la différence à la 40e minute de jeu grâce à Islam Slimani.

Les recrues n'ont pas suffi

Pour sa première apparition sous ses nouvelles couleurs, l’international algérien prêté par Leicester a conclu une action à trois menée avec Aleksandr Golovin et Henry Onyekuru. Lui aussi arrivé cet été en Principauté en provenance d’Everton, le virevoltant ailier nigérian a décalé Slimani, qui s’est infiltré dans l’axe de la surface avant de marquer d’une frappe du droit parfaitement placée au ras du poteau. Nîmes a craqué une seconde fois dans le temps additionnel de la première mi-temps.

>> Revivez le déroulement du match Monaco-Nîmes

Recrue phare du mercato monégasque, Wissam Ben Yedder a fait preuve d’opportunisme pour permettre à son équipe de faire le break. Après une tentative de Gelson Martins repoussée par Paul Bernardoni, l’ancien du FC Séville a bien suivi pour pousser le ballon au fond des filets devant Loïck Landre.

Des chants à caractère homophobe

Le premier acte a été marqué par un autre fait marquant: la partie a été interrompue quelques instants à la 22e à cause de chants hostiles à la Ligue de football professionnel et à caractère homophobe. Alerté par l'arbitre Amaury Delerue qui a entendu des chants "La Ligue on t'enc***", le speaker du stade Louis-II a lancé un avertissement au public, accueilli par des sifflets. Le capitaine des Crocos, Renaud Ripart, a demandé à ses supporters de se calmer et le match a pu reprendre.

Un rouge par match

Côté sportif, les débats ont été relancés en seconde période après l’exclusion de Jemerson pour un tacle dangereux sur Romain Philippoteaux à la 56e. Il s’agit déjà du troisième carton rouge récolté par l’ASM depuis le début de la saison, après Cesc Fabregas contre Lyon et Ruben Aguilar à Metz. En infériorité numérique, Monaco a d’abord pu compter sur Benjamin Lecomte pour empêcher Zinedine Ferhat de réduire l’écart à la 61e sur un tir en force du droit.

Mais le portier français, transfuge de Montpellier, n’a en revanche rien pu faire à la 70e. Philippoteaux a fait renaître l’espoir dans le camp nîmois en marquant d’un pointu du pied droit. Pas abattu pour autant, Monaco a eu l’occasion de quasiment tuer tout suspense à la 75e, mais Gil Dias a totalement loupé sa frappe du droit sur un service de Golovin.

Résultat, Nîmes a fini par égaliser à la 82e. Une minute à peine après son entrée en jeu, le milieu togolais Kévin Denkey a surpris Lecomte à la réception d’un centre millimétré de Ferhat. Monaco, qui s'est encore renforcé samedi avec la signature du défenseur central chilien Guillermo Maripan, mais qui jouait encore dimanche sans Radamel Falcao (officiellement blessé, mais annoncé sur le départ), devra donc attendre le week-end prochain pour tenter de décrocher enfin une première victoire cette saison sur la pelouse de Strasbourg. Nîmes, qui ne compte également qu'un point après trois matchs, accueillera de son côté le Stade Brestois.

RR