RMC Sport

Monaco-OM : les Marseillais veulent la peau d’un gros

-

- - -

Choc de la 18e journée de Ligue 1, l’AS Monaco reçoit l’OM au stade Louis-II dimanche (21h). Une occasion pour Marseille, défait à Lyon et Paris cette saison, d’affirmer son statut de leader chez l’un des gros poissons du championnat.

C’est pour l’instant le talon d’Achille de la première partie de saison quasi-parfaite de l’OM. Laissons de côté le revers (0-2) concédé face à Montpellier lors de la 2e journée. Les Héraultais avaient alors profité d’un adversaire encore en phase de rodage, pas totalement contaminé par l’effet Bielsa. Ses deux autres défaites en championnat cette saison, l’OM les a subies à Lyon (1-0) et à Paris (2-0), ses deux plus proches poursuivants au classement. Le signe d’un manque de souffle olympien lorsque les cols s’élèvent ? Pas si simple… Si l’on se souvient, l’OM n’avait pas démérité lors de ces deux matches, loin de là. A Gerland, sur une dynamique de huit victoires de rang, ils avaient dominé la rencontre, cédant sur une magnifique inspiration de Gourcuff. Au Parc des Princes, leur pressing avait déboussolé l’ogre parisien pendant une demi-heure, avant que Lucas ne surgisse. A chaque fois, le constat d’une équipe marseillaise aussi séduisante à voir jouer qu’inefficace dans les zones de vérité s’était imposé.

Ses galons de candidat crédible au titre, l’OM va donc devoir les gagner face aux grosses écuries. A commencer par ce déplacement sur le Rocher ce dimanche (21h). Tout frais qualifié pour les 8e de finale de la Ligue des champions, l’AS Monaco, dauphin du PSG la saison dernière, remonte la pente en Ligue 1 (actuelle 7e place). Cette équipe tient le choc à haut niveau, en témoigne son parcours en C1 (premier du groupe C avec un seul but encaissé), et ce malgré le ‘changement de stratégie’ du président Rybolovlev. L’année dernière, l’ASM roulait des mécaniques avec Falcao et James Rodriguez. Cette saison, elle endort ses adversaires, à l’image de son entraîneur Leonardo Jardim, tout en rondeur et en sourire : « Marseille c’est la meilleure équipe du championnat. Tous les joueurs mettent beaucoup d’intensité. C’est une équipe très difficile à jouer. » Une modèle d’humilité dans le texte, pour un homme qui n’en pense pas moins.

Gignac : « Aucune faiblesse ne transpire chez Bielsa »

Buteur (12 réalisations en L1) et leader de l’OM, André-Pierre Gignac ne tombe pas dans le panneau agité par le technicien portugais. « « A chaque fois qu’une équipe joue dans la semaine, on dit qu’ils vont être cramés ou carbonisés. Mais derrière, ils font un match encore plus élevé au niveau physique, rappelle ‘Dédé’. Ça va être un gros match. Il faut aussi qu’on enchaîne contre un gros. Ils reviennent fort. Maintenant c’est à nous d’assumer notre statut de leader. » Gignac en tête, Marseille ne nie pas ses tourments à haute altitude. Et pour franchir le cap, l’OM compte plus que jamais sur son atout maître, Marcelo Bielsa à l’impact psychologique toujours plus fort sur ses joueurs.

« Quand Marcelo Bielsa parle avant le match, on le sent déterminé. Aucune faiblesse ne transpire chez lui, raconte Gignac. Ça nous renforce. Il ne laisse rien au hasard. Quand il te parle football, tu l’écoutes car il très, très fort. Il sait bien nous gérer mentalement. Le mental c’est ce qui a de plus important, le coach a su bien nous prendre sur ce plan. » L’intéressé aurait-il prévu un plan spécial anti-gros ? Même pas, à en croire ses déclarations d’avant-match. « La tactique est toujours la même, essayer de gagner, jure-t-il. Défendre mieux qu’eux n’attaquent. Et attaquer mieux qu’ils ne défendent… » L’évidence selon Bielsa. Ne reste qu’à appliquer la recette pour enfin manger du gros.

Sylvain Reignault avec Florent Germain