RMC Sport

Montpellier: Delort est prêt à baisser son salaire "pour aider son club"

Alors que l’UNFP a appelé les joueurs de Ligue 1 et Ligue 2 à baisser leurs salaires afin de sauver le football français, Andy Delort assure qu’il est prêt à faire cet effort. L’attaquant de Montpellier explique que ça ne lui pose "aucun problème", à l’heure où la crise sanitaire liée au Covid-19 et le fiasco des droits TV ont sérieusement affaibli les finances des clubs.

Andy Delort n’a pas attendu longtemps avant de dévoiler sa position sur l’épineuse question de la baisse des salaires. Au lendemain de l’appel de l’UNFP, qui a demandé aux joueurs de Ligue 1 et Ligue 2 d’accepter une diminution de leurs revenus afin de sauver le football français, l’attaquant de Montpellier s’est exprimé sur les réseaux sociaux. Avec une position très claire sur le sujet. "Je pense aux salariés de Ligue 1 et Ligue 2", a d’abord écrit le buteur de 29 ans. Avant de répondre directement à l’un des abonnés, l’invitant à se montrer solidaire dans ce contexte difficile. "Pas besoin de faire une réunion pour décider de ça. Ça ne me pose aucun problème d’aider mon club. J’y suis prêt", a fait savoir Delort au sujet d'une éventuelle baisse de son salaire.

> Le sport face au coronavirus, les infos en direct

Alors que la crise sanitaire liée au Covid-19 et le fiasco des droits TV entraîné par Mediapro ont sérieusement affaibli les finances des clubs, l’UNFP s’est réunie mardi avec la LFP et une délégation de présidents de clubs. Après ces échanges, le syndicat a appelé officiellement les joueurs de Ligue 1 et Ligue 2 à ouvrir un dialogue social avec leurs employeurs, en acceptant de voir leur fiche de paie diminuer. Pour ne pas mettre en péril la survie de leur activité. Cet avis consultatif offre un poids supplémentaire aux patrons des clubs pour négocier avec leurs effectifs. Reste à savoir si tous les footballeurs seront aussi compréhensifs que Delort. Ce n’est pas certain.

La survie de certains clubs en jeu

En attendant, l’urgence pour les clubs est de voir leurs charges baisser dans les prochains mois. Sans quoi certains pourraient mettre tout simplement la clé sous la porte. La masse salariale représente la ligne la plus épaisse dans les comptes des clubs français. Les salaires des joueurs de Ligue 1 atteignaient au total 780 millions d'euros lors de la saison 2018-2019, selon la DNCG (1,58 milliard en prenant en compte les cotisations sociales). Il va falloir réduire la voilure pour compenser les pertes et retrouver un équilibre financier.

"Le football est un secteur particulier, avec une inflation des salaires assez exceptionnelle depuis dix ans, a rappelé dans Le Monde Jean-Pierre Caillot, le président de Reims. Si les entreprises déposent le bilan, les joueurs seront au chômage et pour le coup, on connaît le maximum de l’indemnisation qui est très éloigné de la rémunération moyenne d’un footballeur."

Canal + pose ses conditions pour les droits TV

La question est d’autant plus urgente que celle des droits TV est loin d’être réglée. Mediapro a rompu son contrat et les matchs ne pourront plus être diffusés sur Téléfoot au-delà du 31 janvier. Dans deux grosses semaines. Et il n’y a pour l’instant aucun repreneur. De quoi craindre un écran noir début février, avec des affiches non diffusées. Pour éviter une telle catastrophe, la LFP compte notamment sur Canal +. Mais la chaîne cryptée, par la voix de son patron Maxime Saada, vient de poser ses conditions.

Dans une interview au Figaro, ce dernier a annoncé que Canal + allait rendre le lot 3 que beIN SPORTS lui a sous-licencié après l’appel d’offres conclu en 2018. Ce lot, qui comprend deux matchs de L1 (celui du samedi à 21h et celui du dimanche à 17h), est jugé aujourd’hui trop cher. Et plutôt que de négocier directement avec la LFP pour récupérer les droits TV, la chaîne cryptée souhaite un nouvel appel d’offres. En attendant de sortir de ce brouillard, Maxime Saada propose la mise en place d’un système temporaire de pay per view (avec des matchs payés à la carte). De quoi obscurcir un peu plus l’horizon des clubs. Et de leurs joueurs, par extension.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur