RMC Sport

Montpellier: le duo Baills-Martini aux manettes

Pascal Baills a été intronisé ce dimanche comme nouvel entraîneur de Montpellier. Ce dernier prend la succession de Rolland Courbis, démissionnaire vendredi dernier et sera épaulé de Bruno Martini.

C’était dans l’air ces derniers jours. Laurent Nicollin, le président délégué de Montpellier, l’a officialisé ce dimanche en conférence de presse et en présence des deux intéressés. Adjoint de Rolland Courbis, démissionnaire de son poste d’entraineur en milieu de semaine, Pascal Baills a été officiellement intronisé comme numéro 1 sur le banc héraultais. Et c’est l’ancien entraîneur des gardiens de l’équipe de France, Bruno Martini, qui l’épaulera dans cette fonction.

« L’idée c’était de travailler avec le staff actuel et de rajouter Bruno (Martini) qui a certaines compétences, a commenté Laurent Nicollin. Les circonstances font que dans l’urgence, il faut trouver une solution qui convient le mieux au club. Après, il faut voir les joueurs et amener les vingt ou vingt-deux points qui nous manquent pour avoir le maintien pour la saison prochaine. » A l’issue de la phase aller du championnat, Montpellier est 15e, à trois points du premier reléguable Guingamp.

Laurent Nicollin : « Je parlerai de Monsieur Courbis au mois de mai »

Le challenge n’effraie pas Baills. « Ce n’est pas quelque chose que je désirais. On a été tous surpris de la manière dont cela s’est passé la semaine dernière. C’est précipité, il n’y avait rien de réfléchi, assure l’ancien défenseur du MHSC, qui avait déjà officié sur le banc montpelliérain (en 2002, comme co-entraîneur avec Gérard Bernardet et Ghislain Printant). C’est spontané, on y va et puis voilà on verra bien. Comme Laurent (Nicollin) l’a dit, on verra dans cinq mois (pour la suite à donner, ndlr). L’urgence c’est de prendre les vingt-deux ou vingt-trois points qui restent pour que le Montpellier Hérault soit en Première Division la saison prochaine. C’est ça l’objectif numéro 1. »

Avant, pour Laurent Nicollin, de revenir sur la démission de Rolland Courbis. « Je parlerai au mois de mai de Monsieur Courbis, pas avant » a-t-il lâché lors de la conférence de presse.