RMC Sport

Mort de Sala: l'avocat de l'agent mandaté pour le transfert explique le conflit entre Nantes et Cardiff

Badou Sambagué, avocat de Mark McKay, l'agent mandaté par le FC Nantes dans le transfert d'Emiliano Sala, explique pour RMC Sport le conflit opposant le club français et Cardiff. En espérant une issue à l'amiable, pour une question "d'éthique".

Emiliano Sala a été retrouvé, puis enterré, mais la question de son transfert n'est toujours pas réglée. Cardiff City, qui devait régler la première partie des 17 millions d'euros d'indemnités à Nantes, n'a pas versé un euro à la formation française. Et, comme l'indiquaient plusieurs médias britanniques la semaine passée, envisagerait même de poursuivre le FCN ainsi que les agents mandatés Willie et Mark McKay, qui avaient organisé le vol au cours duquel l'Argentin est décédé.

Badou Sambagué, avocat de Mark McKay, est revenu pour RMC Sport sur ce conflit. En démontant les arguments du club gallois, notamment celui avançant que le transfert de Sala n'était pas complet le 21 janvier, jour de son décès.

"Sala était un joueur de Cardiff au 21 janvier"

"Lorsqu’il y a un transfert, la Fifa demande aux clubs de procéder à l’enregistrement de l’ensemble des documents contractuels auprès d’elle-même. Concernant Emiliano Sala, ce joueur a été transféré du FC Nantes vers le club de Cardiff. Il y a eu échange des documents contractuels, et une signature des accords entre les clubs, donc à partir du moment où la Fifa a pu enregistrer les documents, on peut considérer qu’il était un joueur de Cardiff au 21 janvier, explique-t-il. Il s’agit tout simplement de respecter le contrat et de verser les fonds au FC Nantes. A partir du moment où le joueur a été transféré, il doit y avoir paiement de l’autre côté..."

De la même manière, Sambagué estime que Cardiff ne peut accuser les McKay ou le FC Nantes de négligence dans l'organisation du vol fatal. "Il est impossible qu’un joueur, dans le cas d’Emiliano Sala, puisse voyager sans l’autorisation de son nouveau club. Et en l’occurrence, Cardiff était avisé de son déplacement puisqu’un membre du club l’attendait à l’aéroport", rappelle le conseil, pour qui les Bluebirds risquent de ne pas ressortir gagnant de cette histoire.

Des indemnités de transfert et des indemnités de retard...

"D’un point de vue business, on peut comprendre la stratégie de Cardiff, mais d’un point de vue éthique, c’est un mauvais calcul, et ça l’est aussi d’un point de vue juridique, décrypte-t-il. Puisque si la Fifa confirme à nouveau que le contrat est validé, on aura non seulement un paiement des indemnités de transfert au FC Nantes, mais aussi des indemnités de retard, ainsi que le préjudice causé par l’attitude de Cardiff."

Pour des questions "éthiques", toujours, et par rapport à la famille de Sala, Sambagué préférerait donc qu'une solution à l'amiable soit trouvée. "La tendance aujourd’hui, c’est qu’un juge unique soit nommé, ou alors trois juges si la situation est moins urgente. A moins que les clubs ne règlent ça entre eux. [...] Il faut penser à la situation de la famille, lance-t-il. Pour sa tranquillité, pour qu'elle puisse faire son deuil, l’important est de trouver une solution rapidement."

CC avec Houssem Loussaief