RMC Sport

Nantes: cible des supporters, Kita se dit prêt à rester encore cinq ou dix ans

Propriétaire et président honni du FC Nantes, Waldemar Kita ne semble pas décidé à céder le club. Dans une interview donnée à L'Equipe, il explique qu'il pourrait encore rester quelques années et que son fils est prêt à prendre la relève.

Il est loin d’être parti. Pourtant critiqué par une grande partie des supporters nantais et confronté à des résultats toujours plus décevants, Waldemar Kita ne semble pas pressé de quitter le FC Nantes, actuel 18e de Ligue 1. Propriétaire et président honni, il continue parce qu’il estime ne pas être "un lâcheur", comme il le confie dans une longue interview accordée à L’Equipe.

A la question "Vous imaginez-vous président du FCN dans cinq ou dix ans, avec un nouveau stade?", l’homme d'affaires franco-polonais de 67 ans répond plutôt par l’affirmative.

"Du moment que j'ai le cerveau et le physique, oui. Et n'oubliez pas une chose, quand même : il y a un type qui prend tout ça à cœur et qui a envie de tenir, c'est mon fils (Franck, directeur général délégué). Je sais que je suis le diable et que lui c'est un agneau mais quand il reprendra le club, ce sera sûrement un peu différent, il gérera peut-être mieux que moi", affirme Kita. Depuis son arrivée en 2007 aux commandes du FCN, il s’est mis les supporters à dos, a nommé une dizaine d’entraîneurs et a connu bien plus d’échecs que de succès.

"Un club ça ne se vend pas comme ça"

Malgré ce constat et l’ampleur de la fronde actuelle, Kita assure qu’il n’est pas vendeur. "Je ne dis pas que je vendrais. Un club ça ne se vend pas comme ça. Comme dans une société, il faut savoir assumer car même après la vente je suis responsable financièrement. J'ai toujours dit que le capital était ouvert. Mais je dis simplement que des gens veulent occuper des postes à un certain niveau alors qu'ils n'ont même pas prouvé à un niveau plus bas qu'ils l'avaient, ce niveau !", lance-t-il en taclant au passage Mickaël Landreau, cité cette semaine dans un hypothétique projet de reprise.

Pas beaucoup plus convaincu par une structure qui tournerait autour d’un actionnariat populaire porté par des supporters avec l’appui de politiques et d’entrepreneurs, Kita avait envisagé à l'été 2019 de céder ses parts au fonds d'investissement anglais LFE Football Group Limited. Avant de se raviser.

RR