RMC Sport

Nantes - Rongier: "Les Bastiais voulaient que ça dégénère"

La rencontre entre Bastia et Nantes (2-2), ce mercredi en match en retard de la 24e journée de L1, s’est terminée dans un climat très tendu, obligeant notamment la brigade anti-criminalité (BAC) à escorter les Canaris jusqu’à l’aéroport. Interrogé par RMC Sport, le Nantais Valentin Rongier confirme les menaces de certains membres du club corse.

Les dernières minutes et l’après-match de Bastia-Nantes (2-2), disputé ce mercredi, ont été très tendus. Sergio Conceição a été pris à partie par le public corse et des échauffourées ont éclaté en rentrant aux vestiaires. La brigade anti-criminalité (BAC) a même escorté les Canaris et les arbitres à leur sortie du stade. Les délégués du match ont donc passé une bonne partie de la journée à visionner les images de la vidéo-surveillance du Stade Armand-Cesari, notamment celles du couloir qui mène aux vestiaires. Ils ont rédigé un rapport qui sera transmis à la commission de discipline de la Ligue.

A lire aussi >> Bastia-Nantes: Rui Almeida ne relance pas le Sporting (malgré deux buts d’avance) 

Interrogé par RMC Sport, le milieu nantais Valentin Rongier explique ce qu'il s'est passé juste après le coup de sifflet final : « Ça a un peu dégénéré, il y a eu des échauffourées dans le tunnel. Ça a duré un petit moment. Les gens de Bastia essayaient de venir jusqu'à notre vestiaire. Ça a chauffé, notamment avec notre défenseur Diego Carlos, qui s'est fait bousculer parce qu'il est rentré seul dans le couloir. Heureusement qu'il y avait quelques personnes de la sécurité, sinon ça aurait pu dégénérer davantage. Il y avait beaucoup de membres du staff qui traînaient autour, qui insultaient et qui cherchaient à ce que ça dégénère. Je n'ai pas vu de coup de poing. J'ai vu des bousculades. »

« Geronimi menaçait notre coach »

Rongier confirme aussi que Pierre-Marie Geronimi, le président bastiais, est monté dans le bus des Nantais avant son départ. Et pas pour leur souhaiter un bon retour : « Je ne sais pas quelle était son intention quand il est monté dans le bus, mais c'est vrai qu'il menaçait notre coach en disant qu'il lui donnait rendez-vous l'année prochaine et qu'il n'oublierait pas ce qu'il s'était passé. »

A lire aussi >> Bastia: Les Nantais quittent le stade sous escorte policière après une "bagarre générale" 

LB et TM