RMC Sport

OL: Genesio n'est "pas dupe sur ce qu'il se passe avec les supporters"

S'il comprend que son président, Jean-Michel Aulas, ait rencontré les supporters, Bruno Genesio assure ne pas être "dupe" de l'envie d'une certaine frange de le voir quitter ses fonctions.

En conférence de presse avant le déplacement à Rennes dans le cadre de la 30e journée de Ligue 1, Bruno Genesio a évoqué la rencontre entre les représentants des groupes de supporters et son président Jean-Michel Aulas. La relation entre Bruno Genesio et le public de l’Olympique Lyonnais et notamment les Bad Gones n’est pas au beau fixe. Dans un communiqué lundi, le groupe de supporters a de nouveau demandé le départ de l’entraîneur en fin de contrat en juin.

>> Domenech aimerait voir Mourinho en Ligue 1

Genesio y voit une "bonne idée"... 

"Je trouve que c’est une bonne idée, parce que chacun a le droit de s’exprimer et je le dis souvent aussi à mes joueurs. On a le droit de ne pas être d’accord à partir du moment où on reste avec les formes. Sur le fond, on peut discuter car par définition, le foot appartient à tout le monde et chacun a le droit d’avoir un avis donc je trouve que c’est une bonne idée. C’est important de consulter des gens qui payent leur place, qui supportent l’équipe, qui font partie de la vie du club. Après, il y a un président qui prend des décisions. Mais les supporters, c’est important de les concerner, de les consulter".

... mais n'est "pas dupe sur ce qu'il se passe"

S'il trouve cette discussion normale, le technicien a défendu son bilan face à la grogne populaire. "Le président a 32 ans d’expérience, ça veut quand même dire qu’il ne s’est pas trop trompé sur la gestion de son club, sur les décisions qu’il a prises. A partir de cela, on peut lui faire confiance. Les supporters peuvent et doivent lui faire confiance." Pour terminer, l’entraîneur a aussi une réflexion sur le nombre réel de supporters qui veulent son départ. "Je ne suis pas dupe sur ce qu’il se passe, après… Combien sont-ils? Que représentent-ils? Je ne sais pas."

Edward Jay avec Joseph Ruiz