RMC Sport

OL: Genesio ironise sur la rumeur Mourinho

Présent ce mercredi en conférence de presse, Bruno Genesio s'est exprimé sur son avenir, se montrant assez serein. Il a également réagi à l'hypothèse de voir José Mourinho lui succéder sur le banc de l'OL.

"Je peux me l’imaginer. Je suis un homme qui a travaillé dans quatre pays différents. J’aime ça, j’aime connaître d’autres cultures, apprendre. Pour moi, travailler dans un autre championnat, ce serait une expérience fantastique." Interrogé en février dernier par beIN Sports sur la possibilité de le voir entraîner un jour un club français, José Mourinho n’avait pas fermé la porte.

"Je peux retourner dans l'un des pays que je connais déjà ou essayer quelque chose de très important, qui est de travailler dans un cinquième pays et de tout gagner comme je l'ai fait ailleurs. Voyons voir ce qu'il va se passer", a-t-il confié à l’AFP un mois plus tard. A travers ses déclarations, le Portugais laisse penser qu’il pourrait accepter un challenge en Ligue 1. Par exemple sur le banc de l’OL?

"Si Mourinho doit me succéder, ce serait une grande fierté"

Présent ce mercredi en conférence de presse, deux jours avant de se déplacer à Rennes à l’occasion de la 30e journée de championnat, Bruno Genesio a réagi à cette hypothèse. "On ne peut que le respecter, il a gagné partout où il est passé. Il a gagné la Coupe d’Europe. Ce n’est pas celui auquel je m’identifie le plus dans la personnalité, mais j’ai un grand respect pour son palmarès. C’est un grand entraîneur", a réagi l’entraîneur lyonnais, avant de faire preuve d’un brin d’ironie.

"S’il doit me succéder, ce serait une grande fierté", a-t-il glissé dans un sourire. Genesio s’est par ailleurs montré serein quant à son avenir, alors que Jean-Michel Aulas a récemment indiqué qu'il annoncerait sa décision sur la prolongation de son entraîneur le 2 avril prochain.

"J'ai appris à prendre beaucoup de recul"

"On parle tous les jours avec mon président depuis quasiment trois ans, on parle de l’avenir, du futur, du club, de ce qu’on doit et de ce que je dois améliorer. C'est lui qui communiquera. Evidemment, on s’est vu. J'ai la chance de travailler en interne avec des gens de confiance qui me font confiance. Mais je ne suis pas né de la dernière pluie, je sais que ce sont les résultats qui comptent. Humainement, j’ai beaucoup progressé depuis trois ans, j'ai appris à prendre beaucoup de recul, à relativiser les choses. Je me sens aussi bien que si j’avais encore trois ans de contrat. C'est une décision importante pour moi et mon avenir, mais je ne pense pas à ça toute la journée", a-t-il souligné, assurant qu'il n'en voudra pas à Aulas s'il décide ne pas prolonger son bail.

"La décision sera orientée pour le bien du club, dans un sens comme dans l’autre, ça ne changera rien à ma relation avec le président et les gens du club", a-t-il assuré.

RR