RMC Sport

OL: Genesio ne vise que la deuxième place

Invité de Luis Attaque sur RMC ce mercredi, Bruno Genesio, entraîneur de l’OL, a clamé qu’il ne visait que la deuxième place de L1 pour son équipe à sept journées de la fin. Un classement vital pour le club lyonnais, mais aussi pour son avenir sur le banc.

Il ne faut pas chercher bien loin pour comprendre la sortie médiatique grinçante de Bruno Genesio, ce mercredi, contre l’entraîneur monégasque Leonardo Jardim et ses « pleurnicheries » contre l’arbitrage. La victoire inattendue de l’ASM sur le terrain du PSG (0-2) dimanche n’a pas du tout fait les affaires de l’OL, relancé vers le haut du tableau mais qui pointe encore à six longueurs des Monégasques, actuellement deuxièmes de L1. Car l’entraîneur de l’OL, invité de Luis Attaque ce mercredi sur RMC, n’a pas caché que la place de dauphin du PSG était la seule qu’il visait d’ici la fin de saison.

« La deuxième place est la plus importante pour le club, avoue-t-il sans détour. C’est celle qui nous donne la certitude de participer à la Ligue des champions. Pour le recrutement et pour garder nos joueurs la saison prochaine, c’est celle qui nous donne le plus de garanties. On a pris beaucoup de retard en novembre-décembre, on en a comblé une partie mais il reste le plus dur : aller chercher Monaco sachant qu’on a ce fameux match lors de la 37e journée qui sera peut-être décisif. »

Genesio : « Si on termine deuxième, ça apportera de l’eau à mon moulin »

Actuellement quatrième, l’OL recevra en effet les Monégasques à une journée du verdict du championnat. Et cette rencontre pourrait aussi être un tournant pour Bruno Genesio, nommé à la tête de l’équipe première le 24 décembre en remplacement de Hubert Fournier et dont l’avenir est conditionné à une qualification européenne. « Je n’ai rien d’écrit dans mon contrat m’assurant quoi que ce soit, explique-t-il. C’est une discussion qu’on a eue avec mon président (Jean-Michel Aulas, ndlr) où l’on s’est dit qu’en cas de qualification pour la Coupe d’Europe, je serai reconduit. Mais la décision lui appartiendra en dernier lieu. Je ferai avec. Si on termine deuxième, ça amènera de l’eau à mon moulin pour continuer. »