RMC Sport

OL: les mesures prises et réclamées par Lyon après les incidents face à l'OM

Une dizaine de jours après les incidents qui ont entraîné l’arrêt de son match face à l’OM en Ligue 1, l’OL a publié ce mardi un communiqué pour défendre sa position. Les Gones réclament de nouvelles règles et un protocole de sécurité validé par les instances, afin d’améliorer la situation dans les stades français.

C’est un message martelé depuis une dizaine de jours: l’OL ne veut pas payer pour tout le monde. Les Gones redoutent les sanctions qui pourraient être prises après les incidents ayant entraîné l’arrêt de leur match face à l’OM, le 21 novembre en Ligue 1. Une soirée lors de laquelle Dimitri Payet a été victime d’un jet de bouteille venu des tribunes. La commission de discipline de la LFP a mis le dossier en instruction et devrait rendre son verdict le 8 décembre. En attendant, le Groupama Stadium a écopé d’un huis clos total à titre conservatoire. Dans un contexte tendu, alors que les débordements se multiplient aux quatre coins de la France depuis le début de la saison.

L’OL a publié ce lundi un communiqué pour réaffirmer sa position. En présentant à nouveaux ses excuses à Payet, en rappelant qu’il s’agissait d’un acte isolé et que son auteur a rapidement été appréhendé grâce à la réactivité des services de sécurité. Mais le club de Jean-Michel Aulas, qui se dit également "victime" dans cette affaire, déplore "une possible perte de recette supérieure à 3,5 millions d’euros, sans compter les répercussions de la mesure conservatoire et des suites disciplinaires". Le tout à l’heure où la pandémie de Covid-19 a sérieusement affaibli les finances, dans le Rhône comme ailleurs.

Des filets installés dans les virages

"Au nom de l’équité sportive", l’OL réclame "des décisions homogènes avec celles qui ont été prises depuis le début de la saison" en demandant "à être jugé par rapport à la réalité des faits". Afin de prévenir d’éventuels incidents dans le futur, le club rhodanien promet d’installer "des filets devant les virages" et appelle à "une reprise du dialogue avec les supporters".

Lyon réfléchit aussi à améliorer le process mis en place lors de l’interruption d’un match. "L’Olympique Lyonnais plaidera auprès des instances pour que les prochaines prises de décision sur la reprise ou non d’un match se fassent sous un délai de 15 à 20 minutes maximum. Pour limiter les pressions et influences, l’Olympique Lyonnais propose que seuls l’arbitre, les délégués, le préfet et le titulaire de la délégation de responsabilité aient la parole lors des échanges sur l’issue du match et que l’ensemble des propos soit consigné dans un procès-verbal", peut-on lire dans le communiqué.

L'OL prône pour des sanctions individuelles

Plus globalement, les Gones sollicitent les autorités compétentes afin de mettre en place un règlement plus clair concernant la sécurité dans les enceintes sportives: "L’Olympique Lyonnais suggère que les investissements en matière de sécurité, de caméras, d’identification des places et de nombre minimum de stadiers en fonction des affluences, fassent l’objet d’un protocole précis et avalisé par les instances du football". En rappelant qu’à ses yeux, "seule l'exemplarité de la sanction individuelle est dissuasive".

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Journaliste RMC Sport