RMC Sport

Incidents OL-OM: Lyon victime, Aulas refuse de payer pour "les autres"

Jean-Michel Aulas s’est exprimé mardi sur les suites disciplinaires du match de la 14e journée de Ligue 1 entre Lyon et Marseille interrompu pour un jet de bouteille sur Dimitri Payet. Le président de l’OL ne veut pas servir de bouc-émissaire après les multiples incidents avec des supporters cette saison.

Dimitri Payet a rejoué ce dimanche avec l’OM lors du succès contre Troyes (1-0). Le milieu offensif marseillais semblait aller mieux, une semaine après avoir été victime d’un jet de bouteille lors de l’Olympico face à l’OL. Du côté rhodanien, on croise les doigts pour ne pas être lourdement sanctionné à cause de l’arrêt de ce choc de la 14e journée de Ligue 1 après seulement quatre minutes. On croise les doigts et on prépare la défense comme ce mardi avec la prise de parole de Jean-Michel Aulas et Vincent Ponsot, président et directeur du football du club.

"On a eu un incident grave et on réitère nos vœux de meilleur rétablissement à Dimitri Payet, ainsi que nos excuses comme je l’ai fait déjà à plusieurs reprises, a lancé Jean-Michel Aulas auprès du journal L’Equipe. Pour nous il ne s’agit pas d’oublier ce qui s’est passé, mais d’expliquer qu’on est dans un cas fondamentalement différent des autres événements de début de saison, qui sont tout aussi intolérables. On voudrait vraiment expliquer pourquoi on ne peut pas être jugés de la même manière."

>> Les dernières infos sur les incidents de OL-OM

L’OL se dit aussi "victime" de son supporter

Auteur d’un jet de bouteille sur Dimitri Payet, le supporter a été rapidement interpellé grâce aux nombreuses caméras présentes au Groupama Stadium. Là encore, l’OL a tenu à rappeler que le club avait tout son possible pour réagir rapidement et que ce débordement était difficilement anticipable puisque provenant d’un individu isolé.

"Nous sommes également victimes dans cette affaire, a renchéri Vincent Ponsot. Sportivement, parce que ce match était important pour recoller au classement. Economiquement parce que notre situation financière est difficile depuis le Covid. Et en termes d’image, c’est une catastrophe. On est victimes d’un acte isolé. Ce n’est pas un envahissement de terrain."

Aulas prêt à accepter un retrait de points avec sursis

Sanctionné d’un huis clos total à titre conservatoire en attendant le verdict de la commission de discipline, l’OL affrontera Reims sans public ce mercredi lors de la 15e journée de Ligue 1. Outre le manque à gagner économique, les Gones regrettent une décision prise à chaud et qui tient surtout compte de l’emballement médiatique.

"On ne doit pas être victime d’un contexte général et c’est fondamental, a encore estimé Vincent Ponsot. […] Comment on pourrait nous sanctionner plus durement que les autres sans toucher à l’équité de la compétition? Il faut juger avec froideur."

Un sentiment partagé par son président. "Je ne veux pas attaquer la Ligue mais je ne veux pas payer pour les autres", a abondé Jean-Michel Aulas. Avant de préciser: "Moi si on me permet de rejouer ici le match contre l’OM, ce qui serait logique, je suis prêt à assumer un sursis en nombre de points et à démontrer qu’il n’y aura aucun incident de ce genre."

Comprendre, l’OL accepte d’être sanctionné mais ne souhaite pas essuyer seul, avec une perte de points ferme, les nombreux incidents impliquant des supporters cette saison en Ligue 1.

JGL