RMC Sport

OM: Bielsa, les raisons d’une rupture

-

- - -

Au soir de la défaite face à Caen (0-1) samedi, il quittait son poste d’entraineur de l’OM avec fracas.... Plongée au cœur des évènements qui ont conduit à l’incroyable démission de Marcelo Bielsa.

Les raisons du désaccord entre Marcelo Bielsa et les dirigeants marseillais commencent à émerger. Il y a d’abord un aspect qu’il ne faut pas négliger avec l’Argentin : la psychologie. Bielsa n’a pas apprécié d’être cité mercredi dernier par Philippe Pérez, le directeur général, et Igor Levine, l’avocat de Margarita Louis-Dreyfus. Bielsa n’aime pas Philippe Pérez. Il ne le regardait jamais et ne lui adressait jamais la parole ou presque. Et Bielsa a vu la présence de l’avocat de Margarita comme une marque de méfiance de la part de la propriétaire.

Selon un proche de la direction olympienne, « il était pourtant normal que la patronne du club demande à son avocat de confiance de valider le contrat. » Oui mais voilà, depuis le mois de mai, Bielsa avait l’habitude de discuter « prolongation » avec Vincent Labrune - leurs relations s’étaient clairement réchauffées au fil des mois - et Luc Laboz, le bras droit du président, qui parle espagnol. Négocier avec de nouveaux visages ne l’a pas rassuré, surtout qu’il s’agissait de la première réunion Bielsa/OM depuis le retour d’Argentine d’el Loco.

Concernant la clause, l’OM a donc demandé que l’année supplémentaire soit conditionnée à une place dans les 4 premiers du championnat. Bielsa s’était mis d’accord avec Labrune pour que la reconduction soit automatique. Certaines voix, au sein même du club marseillais, reconnaissent discrètement qu’il s’agit là d’une maladresse de la part des dirigeants olympiens. Connaissant la rigidité de Bielsa et son côté pointilleux, n’ignorant pas que l’Argentin jouait parfois avec les nerfs de la direction de l’OM au point de menacer de s’en aller à la moindre contrariété, l’OM aurait sûrement dû s’y prendre autrement. Avec plus de psychologie, pour faire passer cette clause de dernière minute, obligeant Bielsa à finir dans les quatre premiers cette saison. D’autant que Bielsa, qui place sa philosophie de jeu au-dessus des résultats et du classement, a toujours eu une peur bleue de ne pas remplir des objectifs qu’on lui a fixés.

Labrune rassuré après la conférence de presse de jeudi...

La manière et la rapidité avec lesquelles Marcelo Bielsa a quitté l’OM et Marseille ont pourtant de quoi interpeller. L’Argentin, qui n’avait pas voulu signer son contrat début juin alors que l’OM voulait boucler ce dossier avant son départ en vacances, n’attendait-il pas la moindre petite bête pour claquer la porte ? La question peut être posée. Certains proches de l'Argentin ressentaient depuis quelques temps un malaise. Et Bielsa n'a pas pris de pincettes lors de ses derniers jours à Marseille.

Selon nos informations, dès mercredi soir, Vincent Labrune est alerté et prévenu que « la réunion ne s’est pas bien passée. » L’imminence de la conférence de presse, prévue le jeudi à deux jours d’OM - Caen, est donc vécue avec angoisse par la direction olympienne. Paradoxe ultime : les dirigeants marseillais, Vincent Labrune en tête, suivent avec attention les propos de Bielsa et en sortent…rassurés ! Bielsa remerciait alors son Président du mercato effectué main dans la main. A ce moment-là, personne ne se doute du séisme qui se profile.

« Il me fait ça, je prends une hache »

Le tremblement de terre est pourtant imminent. Après OM-Caen, Bielsa débriefe le match avec ses joueurs. Puis demande à son adjoint, Diego Reyes, de remettre la lettre de démission à Labrune. Le Président de l’OM, qui se la fait traduire par Laboz, est KO debout. Labrune s’est aujourd'hui remis au boulot, mais certains de ses proches ne s’en remettent toujours pas : « Vincent se lève le cul depuis deux mois pour lui concocter l’effectif qu’il veut, il se bat pour le prolonger et Bielsa lui fait ça ?! Sans même aller lui parler ! En envoyant son adjoint avec une vieille enveloppe ! Il est fada. C’est un manipulateur. Il me fait ça, je prends une hache ! »

Dans les couloirs du Vélodrome, Franck Passi, mis au courant, rassure tout de suite le Président de l’OM en lui disant que les programmes de l’entrainement sont déjà faits pour cette semaine et qu’il peut compter sur lui. Labrune filera donc ensuite s’adresser au groupe, dans le vestiaire, pendant que Bielsa tentait de justifier sa démission en conférence de presse.

Un témoin raconte : « ça a été très rapide. Le Président est arrivé calmement et nous a dit « Les gars, vous avez dû avoir des rumeurs. Je vous confirme. Bielsa m’a donné une lettre de démission. Il quitte le club. Je crois que l’on a pourtant tout fait pour le satisfaire. Restez concentrés sur votre métier. » Labrune se veut positif. Mais sa dernière phrase sera pleine de désarroi. « A un certain niveau, les gars, qu’est-ce que vous voulez que je fasse ? »

Florent Germain