RMC Sport

OM: comment les supporters réagissent aux changements opérés par McCourt

Frank McCourt a nommé ce vencredi Pablo Longoria au poste de président de l'OM, en remplacement de Jacques-Henri Eyraud. Une nouvelle accueillie avec soulagement et satisfaction de la part des supporters marseillais, qui continuent malgré tout de montrer de la méfiance après les dernières décisions prises.

Du changement a eu lieu du côté de l'OM ce vendredi mais les doutes demeurent. Frank McCourt a nommé Pablo Longoria en tant que président du club, en remplacement de Jacques-Henri Eyraud, qui rejoint le conseil de surveillance. Un choix surprenant pour beaucoup, annoncé dans un communiqué commun avec la nomination de Jorge Sampaoli au poste d'entraîneur.

Si la signature de l'entraîneur argentin jusqu'en juin 2023 a été officialisée, nombre de supporters ont surtout accueilli avec plaisir la destitution de Jacques-Henri Eyraud. "C'est du soulagement. On n'est pas là pour faire la fête. On avait un couteau sous la gorge avec la mise en demeure, a rappelé Christian Cataldo, patron des Dodgers, l'un des groupes de supporters visé par l'action d'Eyraud. Elle concernait la convention liée aux associations de supporters. On nous reprochait d'avoir terni l'image du club avec les débordements de la Commanderie. Cela fait 30 à 40 ans qu'on représente le club avec nos tifos, nos ambiances... On aide les différentes associations, ça c'est l'image de Marseille."

"Cela me dérange qu'Eyraud soit encore là"

La départ de Jacques-Henri Eyraud laisse tout de même place à un certain scepticisme de la part des supporters. J’ai été très heureux tout de suite, ça fait plaisir d’abord mais quand on regarde au plus profond, Jacques-Henri Eyraud reste au club dans une cellule de surveillance. Je ne sais pas trop à quoi ça consiste. Est-ce qu’il va continuer son travail en arrière-plan pour calmer les supporters?", s'interroge Mehdi, supporter du club. "Il est toujours dans l'organigramme, on va voir ce qu'il va se passer dans les semaines à venir, interpelle aussi Thierry, à propos du poste de Jacques-Henri Eyraud. Cela me dérange qu'il soit encore là. Par rapport à la pression populaire pour pousser à son départ, on a gagné une bataille mais pas la guerre, on attend de voir ce que va faire l'actionnaire."

Frank McCourt a promis de son côté de se déplacer à Marseille ces prochains jours pour discuter avec les différents groupes de supporters. "C'est primordial de voir McCourt. On veut bien discuter avec lui mais on ne sait pas où il est, lâche Christian Cataldo. Nous ne sommes pas des sauvages, on veut donner notre avis pour le club. Lui donne l'argent et est le propriétaire mais il est bien obligé de faire avec ceux qui donnent leur vie pour ce club. Les OM Nations, qui étaient les bébés de Jacques-Henri Eyraud, se sont tous révoltés."

Dans une crise aussi bien interne que sportive ces dernières semaines, l'OM a encore 12 journées de Ligue 1 pour décrocher une qualification européenne et sauver sa saison. "Il ne faut pas grand chose à Marseille pour que ça reparte, analyse lui Romain Canuti, journaliste pour la Provence. Les gens sont profondément amoureux de l'OM et ont envie de le revoir briller. Si on propose un plan pour que le club aille mieux, les supporters ne tourneront pas le dos. Il y aura en tout cas plus de sourires qu'autre chose, les changements étaient réclamés et ils ont eu lieu."

Des interrogations sur Longoria

Après quatre années et demi à la tête de l'OM, Jacques-Henri Eyraud a laissé sa place à Pablo Longoria. L'ancien directeur sportif du club devient le numéro 1 du club phocéen, à 34 ans. “C’est un bon recruteur, il a fait de bonnes choses avec peu d’argent. Du jour au lendemain, devenir président de l’OM, je ne vois pas comment c’est possible. Je trouve ça assez bizarre qu’il prenne de telles fonctions aussi tôt", se questionne tout de même Mehdi.

Ancien président de l'OM entre 1988 et 1994, Bernard Tapie a lui accueilli avec soulagement le changement, qu'importe pour l'heure les qualités de Pablo Longoria. "Ah, il était temps! A un moment donné, les choses sont tellement évidentes que même le bon sens n'a plus de sens. C'est une décision qui aurait dû être prise bien plus tôt selon moi, a réagi Bernard Tapie ce samedi dans les colonnes de La Provence. Mais comme on dit, mieux vaut tard que jamais..."

Septième au classement à 12 journées du terme de la Ligue 1, l'OM accueillera ce dimanche (21h) l'OL pour le début d'une nouvelle ère sous Frank McCourt. En attendant Jorge Sampaoli, qui ne devrait pas être sur le banc en raison de contraintes sanitaires, Nasser Larguet assurera encore une fois le rôle d'entraîneur intérimaire.

GL