RMC Sport

OM: "Eyraud ne fera pas ce qu’il voudra à Marseille", prévient Ghali

Adjointe au maire de Marseille, Samia Ghali est intervenue ce mardi soir dans Top of the Foot, sur RMC, pour réagir au conflit actuel entre la direction de l'OM et les associations de supporters. L'ancienne sénatrice s'est voulue offensive à l'encontre du président olympien Jacques-Henri Eyraud.

En apprenant que la direction de l'OM a menacé lundi - via une mise en demeure - certaines associations de supporters de rompre la convention sur les abonnements, et donc de les chasser du Vélodrome, Samia Ghali a pris sa plume. L'adjointe (PS) au maire de Marseille a écrit un courrier à la ministre des Sports Roxana Maracineanu pour l'alerter sur la situation et sur le risque d'une dissolution des groupes, essentiels selon elle pour la "cohésion sociale" de la ville.

Ce mardi, l'ancienne sénatrice était invitée de Top of the Foot, sur RMC, pour s'exprimer plus longuement sur le sujet. "Je pense que le club fait fausse route, a-t-elle taclé d'entrée. Depuis maintenant quelques semaines, il se passe des choses que j’ai du mal à comprendre. On a des résultats catastrophiques, mais au-delà de ces résultats, on est dans une relation entre le club et les Marseillais qui ne va plus. Ce qu’a fait Jacques-Henri Eyraud hier (lundi), c’est rajouter de l’huile sur le feu, là où nous avions déjà une situation très tendue. Ce n’était pas le meilleur moment pour rajouter de l’inquiétude, du stress et de la polémique."

"Il veut toucher à quelque chose de sacré, mais on ne le laissera pas faire"

Et l'élue de mettre en garde le président de l'OM: "On ne laissera jamais faire Jacques-Henri Eyraud. Tout Jacques-Henri Eyraud qu’il est, il ne fera pas ce qu’il voudra à Marseille, c’est une réalité. Qu’il essaye déjà d’avoir des résultats sportifs, qu’il s’occupe du foot, du sport, parce que c’est sa vocation première en tant que président. Le sport à Marseille, c’est une religion, c’est ce qui fait la cohésion de cette ville. Il veut toucher à quelque chose de sacré, mais on ne le laissera pas faire. En ce qui me concerne, je pense que Jacques-Henri Eyraud est en train de franchir la ligne jaune. A lui de décider dans quel camp il est. S’il veut jouer contre les Marseillais, il se trompe. (…) Dans les clubs de supporters, vous avez toutes les catégories sociales, professionnelles ou ethniques… C’est ça, Marseille. Il ne faut pas qu’il l’oublie. La punition collective, ça n’existe pas dans notre droit."

Mais au-delà des paroles et des courriers, les élus peuvent-ils vraiment peser dans la gestion du club? "Jacques-Henri Eyraud ne peut pas se mettre tout le monde à dos, répond Ghali. Je rappelle que l’OM ne paye pas aujourd’hui le loyer qu’il devrait payer à la ville de Marseille pour le stade Vélodrome. On ne peut pas tout accepter. (…) On s’exprimera, tout Marseille s’exprimera."

"Vente ou pas, il ne peut pas le faire au détriment des supporters et de la ville de Marseille"

D'ailleurs, Samia Ghali évoque un problème plus global, et pointe aussi la responsabilité du propriétaire Frank McCourt. "Je pense que le problème de M.McCourt c’est qu’il n’est pas venu faire du sport mais des affaires, estime-t-elle. La mondialisation du football, c’est une chose, mais on ne doit pas se servir de ça pour faire de l’immobilier à côté. Tous ceux qui veulent faire ça, à un moment donné, se cassent la gueule. Il a pensé que l’OM allait lui permettre de pouvoir acheter des choses à côté et faire de l’immobilier."

Y a-t-il une possibilité pour qu'aujourd'hui, le patron du club encourage Jacques-Henri Eyraud à faire un grand "ménage" chez les supporters pour vendre le club? "Je ne suis pas dans la confidence de ce qu’il peut faire, note Ghali, mais une chose est sûre: vente ou pas, il ne peut pas le faire au détriment des supporters et de la ville de Marseille."

RMC Sport