RMC Sport

OM: l’agent de Rongier raconte les coulisses de son transfert infernal

Après avoir été bloqué dans les dernières heures du mercato estival, le transfert de Valentin Rongier de Nantes vers l’OM s’est concrétisé le 3 septembre, comme joker. Au prix de discussions et négociations homériques… Son agent Franck Belhassen retrace dans Le Vestiaire ce transfert très compliqué.

L’OM est deuxième du championnat après sa victoire à Toulouse dimanche (2-0). Un match durant lequel Valentin Rongier a livré une prestation convaincante. Et dire que le milieu de terrain a bien failli ne jamais pouvoir rejoindre les Ciel et Blanc. Invité du Vestiaire ce lundi sur RMC Sport 1, Franck Belhassen évoque sur le plateau les conditions très compliquées qui ont conduit Rongier de Nantes à Marseille.

Kita inflexible sur le pourcentage à la revente

2 septembre 2019: le mercato touche à sa fin. A minuit, il sera clos. Valentin Rongier, 24 ans, est à Marseille avec ses proches. Son transfert depuis le FC Nantes doit enfin se concrétiser. Mais ce dernier jour s’avère "rocambolesque", glisse Franck Belhassen. Tout est pourtant réglé ou presque: la visite est passée, l’OM est prêt à officialiser… Mais "ça devient la folie".

"Waldemar Kita (le président nantais, ndlr) sait que Valentin est un très bon joueur, il l'a eu longtemps chez lui. Et il sait qu'il est capable d'aller dans un plus grand club encore après." Le dirigeant des Canaris veut un meilleur pourcentage à la revente. Chacun campe sur ses positions et à minuit, Rongier est toujours Nantais. "L'échec du deal le dernier soir du mercato, c'est uniquement pour un problème d'intéressement (à la revente, ndlr)", assure Franck Belhassen.

L'attente du réveil de McCourt

Dans le clan Rongier, c’est l’incompréhension. Celui qui portait encore le brassard de capitaine de Nantes s’imagine déjà devoir revenir dans le vestiaire et s’expliquer devant ses coéquipiers. "Il se dit que si l'OM le voulait vraiment, ils auraient fait un effort, que si Nantes avait tenu sa promesse, ils l'auraient libéré... Il peut en vouloir à la tête entière. Et à moi aussi, c'est logique", observe son agent.

Mais finalement, le lendemain, Valentin Rongier s’engage pour cinq ans avec l’OM. Montant de la transaction: 13 millions d’euros, plus 4 de bonus. Le résultat final d’ultimes tractations folles. "Comme l’actionnaire majoritaire de l’OM (Frank McCourt, ndlr) est à quelques kilomètres du Vieux Port, il faut attendre qu’il se réveille", sourit Franck Belhassen. La faute au décalage horaire entre les Etats-Unis et Marseille. 

Dans l’après-midi, la bonne nouvelle tombe enfin. Le milieu de terrain peut signer et être présenté à la presse. Mais coup de chaud plus tard: "A 19h30, on remonte dans les bureaux et tout le monde fait une gueule d'enterrement... parce qu'il y avait encore des choses qui avaient changé ! C'était un peu marrant, un peu tendu même. Et à 22h30, 23h, on a réussi à tout boucler", se souvient le représentant du joueur. Franck Belhassen conclut: "Il y a des transferts faciles et d'autres plus difficiles. Quand vous avez un club qui a besoin de vendre pour ses intérêts économiques, c'est plus facile. Nantes n'avait pas forcément besoin de le vendre."

N.B