RMC Sport

OM: Labrune "assume"… et assomme Michel !

Dans un entretien accordé à La Provence, Vincent Labrune fait le point sur la situation sportive très compliquée de l'OM. Si le président olympien promet qu'il "assume tout", il en profite surtout pour mettre Michel devant ses responsabilités.

Le niveau de jeu de l’OM

« De bonnes prestations passent par un engagement collectif et individuel irréprochable, une justesse technique à la hauteur des qualités de nos joueurs et une organisation tactique qui tient la route de la première à la dernière minute. Nous sommes trop irréguliers dans ces domaines. Je garde l’espoir de la cinquième place mais il faut maintenant gagner et afficher des qualités qu’on a trop rarement vues cette saison. »

La série noire au Vélodrome

« Les 6 mois sans victoire au Vélodrome ? Pour moi, l’explication de la pression négative du Vélodrome ne tient pas une seconde. Malgré nos mauvais résultats, les supporters ont toujours été derrière nous, à nous pousser pour gagner. Quand vous alignez sur le terrain des joueurs comme Mandanda, Diarra – l’un des meilleurs joueurs du championnat – Nkoudou, Batshuayi, Mendy ou Manquillo, qui sont courtisés par les plus grosses écuries européennes, on attend une victoire contre Rennes et qu’on en finisse avec ce syndrome du Vélodrome. »

L’avenir de Michel

« Si vous me demandez si nous terminerons la saison avec lui (Michel, NDLR), la réponse est oui. Ce n’est pas le moment de créer la zizanie. Il est arrivé dans des conditions difficiles à la suite du départ de Marcelo Bielsa. Je le sens frustré de ne pas pouvoir faire mieux avec les joueurs dont il dispose. Mais il est responsable de notre projet de jeu et il doit faire face aux critiques. C’est la partie ingrate du métier d’entraineur dans un club médiatisé. C’est maintenant qu’il doit montrer à tout le monde qu’il est l’homme de la situation. Le bilan, nous le ferons alors en fin de saison. Il reste 9 ou 10 matchs (si l’OM va ou pas en finale de Coupe de France, NDLR), ils seront fondamentaux pour évaluer le vrai bilan sportif de la saison. »

Sa responsabilité de président

« Malgré le manque d’argent, je crois avoir donné les moyens de faire beaucoup mieux cette saison. Franchement, combien d’équipes ont un effectif supérieur au nôtre ? Sûrement pas neuf ou dix, comme le reflète le classement d’aujourd’hui. J’ai mal au cœur. Je suis déçu, frustré. J’assume tout. Je vous confirme que j’ai choisi chaque joueur de cette équipe et son entraîneur, dans un cadre financier exsangue. Je suis responsable de ces choix. Comme celui d’avoir fait venir Lass Diarra pour 0 euro, Isla et Manquillo en prêt pour le même montant, ou d’avoir déboursé moins de 1,5 million pour Nkoudou, qui vaut aujourd’hui dix ou quinze fois son prix d’achat. Je suis en première ligne et je suis la cible essentielle des critiques. Les « bravo » adressés à tous sauf au Président quand on gagne et les « Labrune démission » dès qu’on joue moins bien, je trouve ça injuste et trop facile. »