RMC Sport

OM-Montpellier : les tops et les flops

L’OM et Montpellier ont fait match nul, ce dimanche au Vélodrome, lors de la 16e journée de Ligue 1 (2-2). Les Héraultais ont bien cru tenir la victoire grâce à un excellent Casimir Ninga, auteur d’un doublé, mais les Marseillais ont su égaliser grâce à un bon Rémy Cabella et quelques oublis du corps arbitral.

TOPS

Casimir Ninga

C’est la nouvelle attraction du championnat. Casmir Ninga, 22 ans, est impressionnant depuis quelques matchs. L’attaquant tchadien a été un danger de tous les instants pour la défense de l’OM. Rapide, technique, inspiré, il n’a cessé de percuter et de provoquer ses vis-à-vis. Souvent avec succès. Il a ouvert le score après un une-deux avec Ryad Boudebouz (32e). Avant de profiter d’une relance dévissée de Karim Rekik pour s’offrir un doublé (56e). Il est désormais en à quatre buts en trois matchs. Et ce n’est sans doute pas fini.

Ryad Boudebouz

S’il jouait tout le temps comme ça, comme à Lyon la semaine dernière, Montpellier aurait sans doute vécu un début de saison plus serein. Ryad Boudebouz a été brillant ce dimanche au Vélodrome. Le milieu de terrain algérien a fait admirer sa superbe technique, réussissant quelques gestes spectaculaires. Il a surtout éclairé le jeu des Héraultais. Son entente avec Ninga saute aux yeux. Sa passe décisive de l’extérieur du pied sur l’ouverture du score en est une belle preuve.

Rémy Cabella

Le fait de retrouver son club formateur l’a inspiré. Positionné en meneur de jeu, Rémy Cabella a livré une partition convaincante face à Montpellier. Ses bonnes intentions ont été annihilées par un trop gros déchet en première période. Mais il s’est bien repris après la pause en égalisant d’un but opportuniste (48e).

FLOPS

Karim Rekik

Il ne transpire pas la sérénité. C’est le moins que l’on puisse dire. Sans être catastrophique, Karim Rekik manque cruellement de constance sur la durée d’un match. Il alterne les interventions tranchantes et les sautes de concentration inexpliquées. Malheureusement pour lui, ces dernières coûtent cher à son équipe. C’est lui qui se troue et remet le ballon dans la course de Ninga sur le deuxième but de Montpellier.

Alaixys Romao

On se demande bien ce qu’il peut amener à cet OM. Limité techniquement, pas le plus physique au duel, Alaixys Romao a traversé cette rencontre dans l’anonymat. Michel avait décidé de lui offrir un peu de temps de jeu en l’alignant devant la défense. Il risque de ne pas renouveler tout de suite l’expérience. Preuve de son utilité toute relative, l’international togolais a été sorti dès la mi-temps (remplacé par Sarr). Tout comme Javier Manquillo, titularisé au poste de latéral gauche et remplacé par Benjamin Mendy.

L’arbitre

Il a largement influé sur le résultat final. Et ce n’est jamais bon signe pour un arbitre. Bartolomeu Varela a d’abord oublié une main de Rémy Cabella sur la première égalisation de l’OM. Peu évidente sur le coup, c’est vrai. Mais il a ensuite laissé Georges-Kevin Nkoudou centrer pour Bouna Sarr sur la deuxième égalisation marseillaise, alors que le ballon était entièrement sorti du terrain. De manière flagrante. En première période, M. Varela avait déjà oublié un penalty pour une faute de Brice Djadjedje sur Jonas Martin, qui était d’ailleurs… hors-jeu sur l’action ! Un match à l’envers pour l’homme au sifflet.

https://twitter.com/AlexJaquin Alexandre Jaquin Rédacteur