RMC Sport

OM-Montpellier : pour sa première, Evra a passé une soirée presque tranquille

Transféré ce mercredi à l’OM et titulaire ce vendredi en ouverture de la 22e journée de Ligue 1 face à Montpellier, Patrice Evra a vécu un baptême de feu relativement tranquille, avec à l’arrivée une large victoire (5-1). Une démonstration au cours de laquelle l’international français s’est même un peu illustré. Mais il a concédé un coup franc décisif pour Montpellier...

Il avait le sourire, Patrice Evra. Celui du joueur content de lui et heureux du travail accompli. La grande première de l’international français, transféré ce mercredi de la Juventus de Turin à Marseille, au stade Vélodrome, a coïncidé avec l’un des meilleurs matchs cette saison de la part des Olympiens, du moins plus précisément les 45 meilleures premières minutes, qui ont accouché d’un tonitruant et sec 3-0.

A lire aussi: le film d'OM-Montpellier

Et dans ce match, devenu un peu plus laborieux pour les hommes de Rudi Garcia, autant par leur gestion précoce de la rencontre – dès la 46e – que le réveil montpelliérain, Evra aura joué un rôle prépondérant. A l’époque où il jouait à Monaco, l’ancien joueur et capitaine de Manchester United déboulait sans fin sur son flanc gauche. Depuis, les années ont passé et vendredi soir, Patrice Evra a volontiers laissé Rémy Cabella s’engouffrer dans la brèche.

Mais lorsqu’il est monté, comme sur ce petit rush pour trouver Florian Thauvin à l’entrée de la surface, il y a eu but derrière pour ses nouveaux coéquipiers, Cabella trouvant victorieusement de la tête Bafétimbi Gomis pour la deuxième fois de la soirée. Il aurait encore pu être à l’origine du triplé de l’ancien Stéphanois, toujours après un décalage pour Thauvin, si ce dernier n’avait pas buté sur Laurent Pionnier, impérial sur son retourné acrobatique (35e).

Fautif sur le coup franc de Boudebouz

Partie remise pour Gomis, qui trouvera une troisième fois le chemin des filets (sur un service de Thauvin cette fois), à la 77e. Une nouvelle manifestation de joie qu’Evra, auteur d’une jolie accolade pour son ancien coéquipier en Bleu sur son premier but, aura partagé avec lui du banc de touche cette fois, qu’il a rejoint six minutes plus tôt après son remplacement par Doria (71e).

Seule petite ombre au tableau : il est à l'origine du seul but encaissé par l'OM, un coup franc direct de Ryad Boudebouz (49e) concédé pour une faute du numéro 21 marseillais sur Stéphane Sessegnon. Pas toujours assidu sur son replacement défensif, Evra s’est tout de même illustré sur deux moments chauds, en gênant Steve Mounié dans la surface (22e) et en venant couper la route de ce même adversaire (59e) sur une ouverture d’Ikoné.

Concerné, Evra l’a été jusqu’au bout, n’hésitant à quitter le banc de touche pour réclamer un penalty pour ses nouvelles couleurs, logiquement accordé par Tony Chapron pour une main de William Rémy (87e) venu contrarier une nouvelle tête triomphante de Rolando. Le regard admiratif, presque enfantin, Patrice Evra donnait finalement l'impression d'avoir apprécié sa première. Rendez-vous mardi contre l'OL, en Coupe de France. Toujours au Vélodrome.

A lire aussi: les 6 déclas à retenir de la conférence de presse de Patrice Evra