RMC Sport

OM-OL: un nul au bout de la confusion

Karim Rekik et Alexandre Lacazette

Karim Rekik et Alexandre Lacazette - AFP

L’Olympique de Marseille et l’Olympique Lyonnais se sont séparés sur un score de parité (1-1) au terme d’un match interrompu 23 minutes en raison de jets de projectiles sur la pelouse du Stade-Vélodrome. L’OM, qui réalise une mauvaise affaire sur le plan sportif, devrait aussi avoir des ennuis avec la commission de discipline.

Le choc entre l’OM et l’OL s’annonçait chaud. Il l’a été au-delà de toutes les prévisions. Car si l’Olympique de Marseille a arraché le point du match nul (1-1) grâce à une tête de son défenseur central Karim Rekik après un corner tiré par Abdelaziz Barrada (68e), on retiendra surtout l’interruption de la rencontre de plus de 20 minutes due à des jets de bouteilles en verre sur la pelouse, dans la zone d’Anthony Lopes (61e).

Avant que Rudy Buquet décide de renvoyer les 22 acteurs aux vestiaires, c’est un Vélodrome bouillant qui avait vu son équipe menée par l’Olympique Lyonnais. Un avantage que les Gones devaient à Alexandre Lacazette, le meilleur buteur de Ligue 1 de la saison passée ayant enfin ouvert son compteur en transformant un penalty lui-même sur une sortie de Steve Mandanda (25e).

Retour musclé pour Valbuena

Il avait aussi sérieusement conspué son ancienne idole, Mathieu Valbuena, cible privilégiée du public mais aussi des…. Joueurs marseillais, à l’image du méchant tacle de Romain Alessandrini, logiquement expulsé avant la pause (43e). Karim Rekik d’entrée et Abdelaziz Barrada y étaient allés eux aussi de leur petit « taquet » sur « Petit Vélo », exemplaire jusqu’au coup de sifflet final. La soirée s’annonçait très noire pour l’OM, qui sera aussi privé de Benjamin Mendy pour le déplacement au Parc face PSG le 4 octobre, l’arrière droit marseillais étant averti à l’heure de jeu.

Rien n’allait donc pour les joueurs de Michel jusqu’à ce que certains supporters sèment la confusion la plus totale en jetant des bouteilles en verre, pénalisant très certainement leur club, sous le coup d’un huis clos avec sursis. « On ne risque pas de voir un match au Vélodrome dans les prochaines semaines, avance même Jérôme Rothen, membre de la Dream Team sur RMC. La commission de discipline règlera ça. » Si l’égalisation de Karim Rekik (68e) aura ramené un peu de calme et permis à la rencontre d’aller à son terme, on devrait encore parler quelque temps de cet OM-OM, qui ne fait pas les affaires des Marseillais, 11e de Ligue 1 et plus que jamais dans l’œil du cyclone des délégués de la LFP…

Aurélien Brossier Rédacteur