RMC Sport

OM-PSG: Sampaoli salue "le public incroyable" du Vélodrome

À l'issue du match nul entre l'OM et le PSG en clôture de la 11e journée de Ligue 1, le technicien olympien Jorge Sampaoli a tenu à souligner un public "incroyable" dans les tribunes de l'Orange Vélodrome.

Un classique chaud bouillant. Cela faisait longtemps que les supporters marseillais attendaient la réception du rival honni au Vélodrome. Depuis le 28 octobre 2018 précisément, date du dernier affrontement en terre phocéenne avec du public.

Dimanche soir, ils ont donc donné de la voix et sorti leurs plus beaux tifos pour porter leurs joueurs face au PSG. Si l'OM, en supériorité numérique pendant plus de 30 minutes, n'a pas su forcer le destin (0-0), le coach olympien Jorge Sampaoli a, tout de même, apprécié sa soirée, et notamment l'ambiance incandescente mise par les quelques 65 000 fans.

"Le public de l'OM est vraiment incroyable. C'est pour moi le meilleur public de France et quand j'ai eu la chance de pouvoir entraîner ici, alors je suis venu pour ce peuple marseillais, pour tous ces gens de Marseille. Je connaissais la chaleur du Vélodrome et la fête du football qu'il génère ici. C'est pourquoi j'ai préféré venir ici."

Des incidents qui risquent de coûter cher

Pour autant, et malgré l'absence de supporters parisiens, de nouveaux incidents ont émaillé la rencontre. Des jets de projectiles venant des virages nord et sud sont notamment venus perturber les corners des joueurs du club de la capitale, ceux-ci devant tirer les coups de pied de coin sous la protection de boucliers. L'utilisation de très nombreux fumigènes pourrait également coûter cher au club marseillais.

Des faits qui n'ont pas plus au capitaine marseillais Dimitri Payet, qui avait pourtant lancé un appel solennel aux supporters à la veille du match sur les réseaux sociaux. : "Certains dérapent, on risque de perdre des points, on ne peut pas dire que ces gens-là aiment l'OM. Je suis désabusé, je ne comprends pas, on se sait observés, il faut des vraies sanctions, on ne peut plus attendre que quelqu'un soit blessé."

CP