RMC Sport

OM-Rennes: Holveck comprend le report du match après les violents incidents

En raison des incidents survenus ce samedi au centre d'entraînement marseillais, le Stade Rennais ne s'est pas opposé au report de sa rencontre contre l'OM. Contacté par L'Equipe, le président rennais Nicolas Holveck estime que la situation "dépassait le cadre du football".

Initialement prévu ce samedi soir (21h) au Vélodrome, le match de la 22e journée de Ligue 1 entre l’OM et le Stade Rennais a été reporté. La décision a été annoncée par la Ligue de football professionnel (LFP) un peu après 18h après les violents incidents survenus en début d’après-midi au centre d’entraînement Robert Louis-Dreyfus. 

Environ 400 supporters marseillais ont mené un coup de force en se massant devant les grilles. Certains sont même parvenus à entrer quelques minutes dans l’enceinte. 

Des scènes de tension se sont produites à l'intérieur. Dans la confusion, Alvaro Gonzalez aurait notamment été touché par un projectile dans le dos. C’est qui a poussé la Ligue à acter le report de cette rencontre. Une décision logique pour Nicolas Holveck, le président rennais. 

Holveck dénonce une situation "incompréhensible"

"On a su vers 17h que les événements étaient tellement graves, car a priori les événements sont vraiment graves, que le match ne pouvait avoir lieu. C'est incroyable qu'on en arrive là pour du football, c'est incompréhensible. Il n'y a rien de plus à ajouter, on a pris acte de la décision de la Ligue et on ne peut que l'accepter. C'est vrai que ça dépassait le cadre du football", a-t-il réagi auprès de L’Equipe

Le Stade Rennais, qui ne s’est pas opposé au report, a également dénoncé des "incidents intolérables" sur Twitter. La date de reprogrammation de cette rencontre n’a pas encore été fixée. Défaits dimanche dernier à Lille (2-1), les Bretons espéraient se relancer au Vélodrome face à des Marseillais plongés dans la crise et sur une série de trois défaites en championnat.

RR