RMC Sport

OM: scène surprenante, les joueurs au contact des supporters pour une discussion tendue

L'OM a concédé le match nul face à Monaco ce dimanche (1-1) lors de la 20e journée de Ligue 1, portant à huit sa série de matchs consécutifs sans victoire toutes compétitions confondues. Après la rencontre, les joueurs et Rudi Garcia sont allés à la rencontre des supporters, dans une ambiance hostile.

Le Vélodrome aura sifflé, chambré en adressant des "olé" sur les passes monégasques, puis fait la grève de l'ambiance durant toute la fin de match, sur une étrange ambiance musicale. C'est dans ce contexte tendu que l'OM a concédé le match nul contre Monaco ce dimanche (1-1), lors de la 20e journée de Ligue 1. Un huitième match de suite sans victoire toutes compétitions confondues pour les Olympiens. 

Mandanda à la manoeuvre

Au coup de sifflet final, sous la bronca du public, Luiz Gustavo prend le temps de discuter avec Jordan Amavi, Rolando, Kevin Strootman et Dimitri Payet sur la pelouse. Le capitaine s'est ensuite dirigé en courant dans le vestiaire, pour aller chercher le reste du groupe. Pour que tous les joueurs aillent à la rencontres des supporters. 

"On attend que tout le groupe sorte, a alors expliqué Steve Mandanda sur Canal+. On sait que c’est une situation compliquée, on va assumer, aller les écouter. On va tous y aller, il faut être ensemble." Pourtant pas capitaine, le gardien marseillais semble en première ligne.

Garcia s'est rapproché, mais pas trop

Sous le regard de Jacques-Henri Eyraud, le groupe se dirige donc vers le virage sud, qui entonnait des chants hostiles. Les supporters sifflent et la situation se tend quand les joueurs se rapprochent mais les leaders de groupes (Ultras, Winners) veulent absolument parler aux joueurs. Un échange viril, parfois tendu sur fond de "L’OM c’est nous", de craquages de fumigènes et de bombes agricoles. "Les joueurs ont été courageux mais ils n’avaient pas trop les mots face à l’agacement des supporters. Les leaders voulaient des explications sur cette série de mauvais résultats", raconte un témoin.

Les joueurs sont rapidement rejoints par Rudi Garcia, qui glisse quelques mots à l'oreille d'un Florian Thauvin au visage fermé. Certains cadres, à l'instar de Luiz Gustavo, ont tenté d'enjamber les pancartes pour se rapprocher des tribunes, vite priés de reculer par la sécurité.

De nombreux stadiers et des policiers de la brigade d’intervention rapide tentent de protéger les joueurs de certains jets de projectiles, notamment de petites bouteilles en verre, et de fumigènes. Quand Rudi Garcia a fait son entrée sur la pelouse, l’ambiance est devenue électrique. Le coach de l’OM ne s’approche pas trop des supporters mais dit apprécier le fait que joueurs et staff soient là pour s’expliquer avec les supporters.

Les explications se déplacent ensuite au virage nord. Steve Mandanda et Florian Thauvin initient des discussions avec les leaders des Fanatics, Dodgers, et MTP.

Garcia: "Il faut garder la tête froide"

"C’est très important qu’on soit solidaires, résumait Rudi Garcia sur Canal+. On aurait mérité de gagner, on n’a pas su le faire. On n’a pas montré le visage d’une équipe malade. On garde confiance même si les temps sont un peu difficiles. Il faut garder la tête froide. Ce groupe ne renonce pas."

"On a répondu présent, personne ne s’est caché", insistait Payet sur Canal+ juste après le coup de sifflet final. Cela ne suffit plus. L'OM est neuvième de Ligue 1 avant un déplacement compliqué à Saint-Etienne mercredi prochain. 

Apolline Bouchery avec Florent Germain