RMC Sport

OM : tour d’honneur, chants et danse sur la table... comment s’est passée la dernière visite (mythique) d’un repreneur annoncé

-

- - -

Le futur propriétaire de l’OM, Frank McCourt, sera présent dans les tribunes du stade Vélodrome pour assister, ce dimanche soir, au choc de clôture de la 5e journée de Ligue 1, entre le club phocéen et l’Olympique Lyonnais (20h45). Le dernier à s’être prêté à cet exercice avant lui n’était autre que Jack Kachkar et déjà un soir d’Olympico… L’occasion de se remémorer la folle soirée qu’avait vécue l’homme d’affaires canadien.

« C’est un épisode malheureux, et même douloureux, mais qui n’a pas eu beaucoup de conséquences au final dans la vie du club, sinon d’avoir déclenché ici ou là quelques éclats de rire… Je m’interroge aujourd’hui encore sur le vrai dessein de Kachkar lors de sa tentative de rachat du club. » Pape Diouf, qui s’exprime ainsi dans son livre de But en blanc, n’est pas le seul. Personne n’a vraiment compris l’affaire du vrai-faux rachat de l’OM par l’homme d’affaires canadien. En revanche, personne n’a oublié ce fameux soir du 4 février 2007, lorsque Jack Kachkar avait assisté au succès de l’OM en 8es de finale de la Coupe de France face à l’OL (2-1). Et l’incroyable show alors réalisé par l’intéressé.

A lire aussi >> McCourt : "Nous arriverons à être numéros 1"

« Jack Kachkar, quand on le voit arriver, on se dit que c'est le roi du pétrole, s’est souvenu Habib Beye dans les colonnes de Surface. Il nous dit "j'ai plein d'ambitions pour le club, on va changer le centre d'entraînement. Votre vestiaire là, ça ne veut rien dire, on va tout changer..." Il nous a mis des étoiles plein les yeux ! » Et dans ceux des supporters également. Aussi, lorsque Jack Kachkar foule ce soir-là la pelouse du stade Vélodrome, il est déjà en terrain conquis. Les sourires sont nombreux, les poignées de mains se multiplient. Des promesses sont glissées à l’oreille des supporters. Puis vient le moment de brandir l’écharpe du club et de faire un tour de terrain, qui se transforme assez rapidement en tour d’honneur. « Kachkar était vraiment fort, il avait fait un tour de stade, c’était bien fait », s’est également rappelé Djibril Cissé au micro de Canal + pour l’émission Enquêtes de foot.

Beye : « J’ai fait monter Kachkar sur la table en mode "c’est mon pote" »

L’homme d’affaires est dans son match. En tribunes, placé entre le président de l’époque, Pape Diouf, et son homologue de l’association, Jean-Pierre Foucault, le Canadien, d’abord timide, se laisse aller au fil des minutes. L’égalisation marseillaise, signée Pagis, lui fait quitter son siège. Le but de la qualification de Mamadou Niang le bouleverse. Kachkar saute dans les bras de Pape Diouf, saute, exulte. Mais le meilleur reste à venir. L’ex-futur repreneur de l’OM s’invite dans le vestiaire des joueurs. Et là… « Je l'ai fait monter sur la table en criant "ouais Jacko !", en mode "c'est mon pote"... » précise Habib Beye. Kachkar s’exécute, tombant veste et chaussures, fêtant avec timidité mais envie la qualification de l’OM pour les quarts de finale. Le Canadien saute encore, danse sur la table et chante au milieu des joueurs.

A lire aussi : Bedimo explique pourquoi il fêtera son but s'il marque contre Lyon

La suite est, malheureusement, tristement célèbre. « Derrière, c'est le fiasco », lâche le consultant football de Canal +. « Il a disparu du jour au lendemain », renchérit Djibril Cissé. Jack Kachkar, coqueluche d’un soir du Vélodrome, ne reviendra jamais à Marseille et ne rachètera pas le club phocéen. Neuf ans plus tard, un nouveau repreneur annoncé, Frank McCourt, s’apprête lui aussi, dans quelques heures, à découvrir l’écrin olympien. Et a priori, il sait déjà quelles erreurs ne pas commettre auprès des joueurs comme des supporters.