RMC Sport

PSG: faut-il s'inquiéter pour Mbappé?

Si ses statistiques sont plus que respectables, avec déjà 12 buts inscrits en championnat, Kylian Mbappé livre parfois des copies décevantes cette saison, comme mercredi soir à Saint-Etienne (1-1). Faut-il s'inquiéter pour le Parisien alors qu'un calendrier très chargé l'attend cette année?

"Je suis content de sa performance. Il a montré une bonne attitude. On veut qu’il marque et qu’il s’améliore. Il est évidemment déçu car on n'a pas gagné et aussi car il pouvait faire mieux. Je suis content de la façon dont il est ouvert à s'améliorer. C'est le chemin à suivre." Ne comptez pas sur Mauricio Pochettino pour accabler Kylian Mbappé. Assez décevant mercredi lors du nul concédé par son équipe à Saint-Etienne (1-1), à l’occasion de la 18e journée de Ligue 1, l’attaquant parisien a reçu le soutien de son nouvel entraîneur. A écouter l’Argentin, il n’y aurait pas matière à s’inquiéter pour l’ancien Monégasque, de moins en moins épargné par les critiques.

Les statistiques lui donnent plutôt raison. Avec déjà 12 pions inscrits en 14 matchs, Mbappé est bien parti pour rafler un nouveau titre de meilleur buteur du championnat. Toutes compétitions confondues, son total monte à 14 réalisations en 19 apparitions. Il ne faudrait pas non plus oublier ses sept passes décisives. Rien de franchement infamant. Surtout au regard de ce que font les autres meilleurs buteurs des grandes ligues européennes. En Angleterre, Mohamed Salah en est à 13 buts. Cristiano Ronaldo fait un peu mieux en Italie (14 réalisations), alors que Lionel Messi est à la lutte en Espagne avec Iago Aspas, Luis Suarez et Gerard Moreno (9 buts chacun). Seul le monstre Robert Lewandowski est sur une forme hallucinante (19 buts en Bundesliga, rien que ça).

"Il est très moyen en ce moment", pointe Courbis

Celle de Mbappé est certes moins impressionnante. Depuis quelques mois, et notamment depuis le dernier Final 8 de la Ligue des champions qu’il a en partie manqué en raison d’une blessure, le champion du monde peine à enchaîner les grosses prestations. Sa vitesse et sa faculté à débloquer une rencontre sur un geste ou une accélération sont toujours autant de poisons pour les défenses. Même quand le collectif qui l'entoure est à la peine. Un exemple: son match à Monaco le 20 novembre. Paris avait craqué en Principauté (défaite 3-2) mais Mbappé avait marqué les esprits avec un doublé, des accélérations foudroyantes et des appels tranchants, alors qu’il revenait à peine de blessure.

Dans son ancien jardin de Louis-II, il avait rappelé à quel point il est un joueur à part, capable de courses supersoniques et de se montrer tout à fait clinique quand il est autant en confiance qu’en forme sur le plan physique. C’est un peu moins le cas cette saison. A l’image de sa prestation à Geoffroy-Guichard, où il a connu beaucoup de déchet dans son couloir gauche, Mbappé a rendu plusieurs copies brouillonnes ces dernières semaines, notamment en Ligue des champions où il a dû attendre le match retour contre Basaksehir (5-1), le 9 décembre, pour débloquer son compteur avec un doublé. Il donne parfois l'impression d'être trop prévisible. Moins instinctif, plus focalisé sur la solution individuelle. "Il est très moyen en ce moment. Il a des blessures, il est sans arrêt en train de revenir et de redémarrer. On n’a pas un Mbappé qui régresse mais un Mbappé qui ne ressemble plus à rien. Il faut voir ce qui s’est passé avec ses blessures et la peur de la rechute. Il ne faut non plus lui couper la tête", lâchait mercredi soir Rolland Courbis dans l’After Foot sur RMC.

Un rythme infernal, et ce n'est que le début

Avec une bonne question: "Est-ce qu’il faut taper sur la tête de Mbappé ou de ceux qui l’ont fait trop jouer?" Car celui qu’il considère comme un "footballeur-sprinteur" dispose de circonstances atténuantes. "Même Kylian peut avoir une période où il est un peu moins bien. Il a fait tellement de choses extraordinaires… Il continue d’en faire même s’il a ces derniers temps une efficacité en-dessous de celle qu’il avait. Mais je n’ai aucun souci par rapport à ce qu’il est capable de faire et ce qu’il sera capable de faire encore", confiait le mois dernier Didier Deschamps sur Europe 1. Depuis son éclosion au plus haut niveau en 2016-2017, le crack de Bondy n’a eu que très peu de repos. A seulement 22 ans, il compte plus de 200 matchs chez les professionnels.

"Dans mon esprit, et nous sommes plusieurs à le ressentir, ce n'est pas une nouvelle saison. C’est comme si c'était la continuité de la dernière saison. Pour moi, on est au 60e match de la saison, et pas au 9e match de la nouvelle saison. Pour moi, une nouvelle saison, c'est quand tu as une coupure pendant laquelle tu as eu le temps de recharger les batteries. Là, on est juste dans les prolongations, c’est un marathon qui continue, donc ce n'est pas évident", reconnaissait-il en octobre sur le site de son club. Et le calendrier qui l’attend cette année ne sera pas beaucoup plus allégé.

Il se saura très attendu à partir de février quand Paris attaquera les choses sérieuses en Ligue des champions, avec ce huitième de finale face au FC Barcelone (sur RMC Sport), tout en continuant à batailler avec Lyon, Lille et l'OM pour garder sa couronne en Ligue 1. Il sera tout autant observé cet été avec l’Euro et l’équipe de France. Puis les Jeux olympiques? Pas sûr. L’an dernier, quand l'épidémie de coronavirus n'avait pas encore poussé les organisateurs à repousser l'événement, le PSG avait fait savoir à la FFF qu'il n'avait pas l'intention de laisser son joueur s’envoler pour Tokyo. L’été 2021 pourrait aussi être chargé en coulisses pour Mbappé avec un avenir à régler. En fin de contrat en 2022, comme Neymar, il n’a pour le moment pas prolongé.

>> Découvrez les offres de RMC Sport et suivez en direct PSG-Barça en Ligue des champions

Rodolphe Ryo