RMC Sport

PSG: la réponse de Mbappé aux critiques sur son arrogance

EVENEMENT RMC SPORT - Dans l’entretien exceptionnel que Kylian Mbappé a accordé à "Rothen s’enflamme", diffusé en intégralité ce mardi sur l'antenne de RMC (18h), l’attaquant du PSG se livre avec franchise sur sa personnalité. Il répond aussi à ceux qui le qualifient d'arrogant.

Si une étiquette colle souvent très vite à la peau, il faut en revanche beaucoup de temps pour s’en défaire. Celle de joueur arrogant a régulièrement été donnée à Kylian Mbappé. Surtout ces dernières semaines. Lors du match de Ligue 1 à Metz, le coach des Grenats, Frédéric Antonetti, avait vivement critiqué l’attitude du jeune Parisien. "ll gagnerait à être plus humble", avait-il soufflé. Alors Mbappé arrogant ?

"Désolé de le dire : des fois, j’ai fait de la merde"

"Je peux comprendre, a répondu l’intéressé dans l’entretien exceptionnel pour "Rothen s’enflamme", diffusé ce mardi sur l’antenne de RMC. Je ne suis pas si vieux que ça. J’ai été dans cette peau, j’ai regardé les matchs, j’ai commenté. C’est de l’instantané: "Il se prend pour qui à faire ça, à dire ça?". Et dans une heure, t’as oublié. Je n’ai vraiment pas de problème avec ça parce que je suis au clair avec la personne que je suis, avec mes valeurs. Des fois, ça ne plait pas. Je peux comprendre. Et je ne suis pas têtu, entêté, sur: "Tout ce que je fais, c’est bien". Désolé de le dire : des fois, j’ai fait de la merde. Et j’en ferai encore. Mais je vais essayer de limiter le plus possible. Mais je suis au clair avec ça, avec les critiques. Ça fait partie du job. Tu ne peux pas vouloir être connu, reconnu mondialement, et faire l’unanimité. Ce n’est pas possible."

"Je vais rester comme ça"

Pour le buteur du PSG, il n’est pas question d’affirmer que son ambition est mal perçue: "Il y a un décalage, nuance-t-il. C’est clair qu’il y a un petit décalage. Comment l’expliquer ? Je ne sais pas. Je suis comme ça, depuis que j’ai commencé le foot. J’y suis arrivé comme ça. Je vais rester comme ça, parce que c’est qui me motive. C’est mon moteur, ça me permet de repousser mes limites, de répéter des saisons de haut niveau chaque année, et de me persuader que je peux le faire."

"Quand tu es Français et que tu joues en France, il y a ce côté 'il est à nous'"

Pour le champion du monde, partir jouer à l’étranger un jour, c’est aussi se débarrasser de ces étiquettes: "A l’étranger, tu n’es pas LE Français. Ce n’est pas ton pays, estime-t-il. Quand tu es Français et que tu joues en France, il y a ce côté "il est à nous", "nous, on peut lui taper dessus". Les étrangers, on leur tape dessus. Mais ce n’est pas à nous. Tu viens, tu joues, tu fais ta prestation, tu t’en vas. Alors que quand tu es Français, il y a ce côté affectif : "Ce gars, il est à nous, c’est le nôtre". C’est pour ça que je n’ai pas de mal avec ça. C’est aussi une marque d’affection", conclut-il.

Rothen s'enflamme