RMC Sport

PSG: "Le genou de Ramos serait en bien plus mauvais état qu'on ne le pensait", explique Hermel

Selon Fred Hermel, spécialiste du foot espagnol pour RMC Sport, l'indisponibilité récurrente de Sergio Ramos, qui n'a toujours pas joué avec le PSG, trouverait sa source dans un genou sérieusement abimé. C'est du moins la théorie de sources au Real Madrid.

Les semaines passent, et Sergio Ramos ne joue toujours pas. Alors que les débuts de l'expérimenté défenseur espagnol (35 ans) avec le PSG étaient espérés pour vendredi soir face à Angers en Ligue 1, la presse espagnole a révélé mercredi que l'ancien joueur du Real serait une nouvelle fois forfait. Ce qu'a confirmé Mauricio Pochettino au micro de la Cadena COPE.

"Malheureusement, Sergio Ramos n'a pas encore commencé à s'entraîner avec le groupe, mais il est proche, a glissé l’Argentin. J'espère que ce sera le plus tôt possible. Nous sommes satisfaits de sa progression." Sauf que derrière les discours optimistes, la situation pourrait être un peu plus préoccupante.

"On me dit au Real: 'On ne l’a pas prolongé parce que le cartilage est touché’"

Présent mercredi soir dans l'After, le spécialiste foot espagnol de RMC Sport, Fred Hermel, a ainsi relayé les inquiétudes entourant le cas Sergio Ramos au Real Madrid. "Je vais vous parler d’une discussion personnelle avec des gens du Real, rien d’officiel: ce qu’on dit au sein du club, c’est que le genou (gauche) de Ramos, qui a été opéré en février, serait en bien plus mauvais état qu’on ne le pensait", a-t-il expliqué.

Comme toute recrue, et peut-être même davantage vu son âge et ses antécédents, Ramos a pourtant eu droit à une visite médicale poussée en rejoignant le Paris Saint-Germain cet été. Le club français est-il passé à côté de quelque chose que les médecins espagnols avaient remarqué?

"Il faut le prendre avec des pincettes, mais ce qu'on me dit encore au Real, c’est: 'On ne l’a pas prolongé parce que le cartilage est touché’, ce qui veut dire que ça va au-delà du simple ménisque à nettoyer, poursuit Fred Hermel. Et à cause de son genou, il y a ce qu’on appelle des compensations. A partir du moment où un élément aussi important du corps est touché, on n’a pas les mêmes appuis, pas la même confiance, on ne se tient pas pareil, et ça provoque des blessures musculaires à différents endroits, dont le mollet. Ça, c’est ce qu’on me raconte au Real. Après, ça peut aussi être une manière de justifier pourquoi on ne l’a pas prolongé là-bas…"

RMC Sport