RMC Sport

PSG-OM: "Ça va se fighter", Rami lance le Classique

A quelques heures du Classique PSG-OM pour le Trophée des champions, l'ancien défenseur marseillais Adil Rami a gentiment fait monter la température sur les réseaux sociaux, tout en demandant aux joueurs de faire la différence entre un "rival" et un "ennemi".

Défenseur de Marseille de 2017 à 2019, Adil Rami a eu l'occasion de disputer quatre affiches entre l'OM et le PSG et connait très bien la pression inhérente à ce genre de rencontres. Ce qui ne l'a pas empêché de gentiment souffler sur les braises à quelques heures du "Classique" pour le Trophée des champions.

"Ho l’arbitre, laisse jouer ce soir, arrête de vouloir protéger les joueurs, dans le football il y a des joueurs de différents talents comme les techniciens, les puissants, les rapides, et des hommes forts dans les duels, a écrit le joueur de Boavista sur Instagram. Chacun joue avec sa force, alors laisse jouer."

>>> PSG-OM: l'avant-match en direct

Adil Rami
Adil Rami © Instagram/AdilRami

"Arrêtez de faire les teubés, c’est un match de foot, on kiffe, on chambre, sans oublier l’essentiel"

Et le champion du monde d'en remettre une couche dans une vidéo: "On s’en bat les cou... du Trophée des champions, c’est un classico, s'enflamme-t-il. Ça va taper, ça va se fighter." Un appel à la bagarre, après le duel très, très tendu de septembre dernier, notamment marqué par les polémiques Alvaro-Neymar? Pas forcément, non.

S'il souhaite semble-t-il de l'engagement, Rami demande aux acteurs de ne pas tomber dans l'excès non plus. "Je vais supporter l'OM ce soir, précise-t-il. (...) Mais n'oubliez jamais que Paris c'est un rival, pas un ennemi. Arrêtez de faire les teubés, c’est un match de foot, on kiffe, on chambre, sans oublier l’essentiel."

Interrogé lundi sur l'éventuelle tension sur le terrain, l'entraîneur olympien André Villas-Boas n'avait pas spécialement appelé ses hommes au calme. "Je préfère quand un Classique est chaud, disait-il. Et on a la demande des supporters de répondre avec agressivité. Oui, le match (de septembre) était incontrôlable à la fin, mais plus à cause des provocations des autres. Mais pour que l'OM prenne des cartons, pas besoin d'attendre de jouer contre le PSG..."

CC