RMC Sport

PSG-OM, les notes: Di Maria dans un très grand soir, Mandanda a condamné les siens

Angel Di Maria (PSG)

Angel Di Maria (PSG) - AFP

Le PSG a disposé de l’OM en clôture de la 29e journée de Ligue 1 ce dimanche (3-1). Portés par Di Maria et Mbappé, les Parisiens ont profité des déboires de Steve Mandanda, et de la discrétion de Florian Thauvin, pour conforter leur large avance en championnat. Le public du Parc des Princes n'est pas resté silencieux longtemps.

Les notes du PSG

Angel Di Maria s’est régalé

Le joueur à sortir de ce choc de clôture en Ligue 1. L’Argentin a plané sur le match, et l’OM s’en souviendra certainement longtemps. Dans tous les bons coups parisiens, l’ancien Madrilène a cru trouver l’ouverture après un service de Verratti, invalidé pour hors-jeu (16e). Di Maria a trouvé la faille à la 55e après un bon dédoublement avec Kehrer. Son enroulé pour tromper Mandanda dans un angle fermé est parfait (55e) et redonne l'avantage à Paris.

Parfait, comme son coup-franc royal des 30 mètres après l'expulsion du Marseillais (66e). Très en jambes, systématiquement cherché par ses milieux, l'Argentin aurait pu marquer le penalty si Mbappé avait accepté de lui laisser inscrire son coup du chapeau. Qu'importe, il compte désormais 15 buts et 13 passes décisives cette saison. De loin sa plus grande saison à Paris.

Kylian Mbappé affole les compteurs

Le retard de la phase aller (qui l'avait fait atterrir sur le banc... puis marquer juste après son entrée en jeu) est oublié. Au Parc des Princes, Kylian Mbappé a tout fait dans les temps. Positionné dans l’axe dans le 4-4-2 de Tuchel, Mbappé a été juste et impliqué. L’ancien Monégasque a d'abord usé le jeune Kamara, obligé de prendre un premier carton jaune pour freiner le Parisien (29e). Son but, marqué après une action exceptionnelle de Di Maria, couronne sa prestation efficace. L’énigmatique célébration qui a suivi atteste de l’envie qu’il avait de se mettre en évidence pour évacuer les démons de Manchester.

Auteur de sept des onze derniers buts du PSG avant le doublé de son coéquipier, son 26e but en 23 matchs de Ligue 1, Mbappé poursuit son brillant parcours. En 50 matchs avec Paris, il a déjà marqué 39 buts. Seul bémol, son penalty trop lisible et bien détourné par Pelé sur sa gauche dans le temps additionnel.

Marquinhos en patron

Le Brésilien s’affirme toujours davantage. Jamais battu dans le duel, Marquinhos a résisté aux provocations de Mario Balotelli, progressivement éteint par la vigilance de l’ancien Romain. Pas acteur sur le but de Germain (46e), Marquinhos a aussi joué un rôle d’apaisement quand le ton est monté entre les deux ennemis du football français. Alors que Thiago Silva est légèrement en retard sur le but olympien, Marquinhos n’a pas failli dans ce match décisif pour se réconcilier avec le Parc. A 24 ans, il est le nouveau boss parisien.

Areola 6

T. Silva 5

Marquinhos 7

Kimpembe 6

Meunier (sorti à la 37e minute, non-noté) remplacé par Kehrer (5,5)

Dani Alves (sorti à la 31e minute, non-noté) remplacé par Dagba (5,5)

Paredes 5

Verratti 6

Kurzawa 4,5

Di Maria 8,5

Mbappé 6,5

Les notes de l’OM

Steve Mandanda bien trop loin du compte

Soirée calamiteuse pour Steve Mandanda, symptomatique de la saison délicate traversée par le champion du monde. Le ton avait été donné à la 6e, quand Mandanda laissait passer sous son pied la passe en retrait de Caleta-Car. Propre sur Mbappé (45e+1), il va chercher dans sa lucarne la grosse frappe de Meunier (26e), sorti blessé plus tard. Trop peu pour faire oublier sa sortie kamikaze devant Di Maria à 30 mètres de son but. Le ballon, effleuré par l’Argentin, touche la main de l’ancien Havrais et le condamne au carton rouge. Paris marque le 3-1 sur le coup-franc suivant, et le match est plié. Steve Mandanda peut avoir des regrets.

Le fantôme de Florian Thauvin

Florian Thauvin n’a pas imité son grand pote Kylian Mbappé. Coincé à droite, pris en tenaille par Kimpembe, Verrratti ou Kurzawa, l’attaquant marseillais s’est seulement signalé d’une spéciale "Flotov" captée sans mal par Areola (9e). Oublié par Ocampos alors qu’il était en très bonne posture face au but parisien (31e). Une performance transparente qui donnera du grain à moudre à ses détracteurs dans les grands matchs. Préservé, et remplacé à 3-1 par Radonjic (77e), sous de copieux sifflets.

La renaissance de Germain

Valère Germain s’en souviendra. Tancé depuis le début de saison, Valère Germain a cru s’offrir un répit vertueux après son but truffé de malice à la 46e minute. Plus prompt que Thiago Silva, l’ancien Monégasque a transformé l’offrande d’Ocampos en but. Une réalisation record, puisqu’il s’agit du but le plus rapide en seconde mi-temps cette saison. Plutôt discret, il a parfois excellé dans la déviation, principalement pour Ocampos. Avec cinq buts en Ligue 1, il n'est pas encore le grand buteur espéré par l'OM. Mais l'arrivée de Balotelli l'a bel et bien débloqué.

Mandanda 3

Sarr 4,5

Kamara 4,5

Caleta-Car 5

Sakai 4

Thauvin 4

Sanson 5

Lopez 4,5

Ocampos 4

Balotelli 4,5

Germain 5,5

PL