RMC Sport

Reims: La France ou le Cameroun ? La réponse d'Ekitike sur son avenir en sélection

Dans un entretien accordé ce samedi à l'Equipe, l'attaquant rémois Hugo Ekitike évoque son avenir en sélection. Convoqué par Bernard Diomède avec l'équipe de France des moins de 20 ans, le jeune homme rêve d'être retenu un jour chez les A mais met également en avant son affection pour le Cameroun, pays d'origine de son père.

Il est l'une des révélations de la saison en Ligue 1. Auteur de 10 buts et quatre passes décisives avec le Stade de Reims toutes compétitions confondues, Hugo Ekitike s'est fait un nom dans le championnat de France. À tout juste 19 ans, celui qui dispute sa première saison dans l'élite a attiré tous les regards et a l'occasion de finir sur une note positive ce samedi lors de la 38e et dernière journée à domicile contre Nice.

Dans un entretien accordé à L'Equipe, la pépite du club champenois revient sur son exercice 2021-2022, gâché en partie par une blessure à l'ischio contractée fin février et qui l'a tenu éloigné des terrains pendant plus de deux mois. Courtisé par Newcastle l'hiver dernier, il explique pourquoi il n'a pas donné suite ("pas le timing, c'était mieux de rester ici, de confirmer"). Surtout, il évoque un potentiel avenir chez les Bleus.

Entre la France et le Cameroun, Ekitike n'a pas encore fait son choix

Retenu par Bernard Diomède avec l'équipe de France des moins de 20 ans pour disputer le Tournoi Maurice-Revello (qui remplace le tournoi de Toulon), du 29 mai au 12 juin, Hugo Ekitike se dit "fier" d'honorer une sélection nationale pour son pays. Interrogé sur sa volonté d'intégrer un jour les A, le jeune homme ne se cache pas : "Evidemment c'est un objectif, ce serait mentir de dire le contraire. Mais j'en suis loin."

D'autant que le Rémois n'a pas encore acté le choix de sa future sélection. Egalement sélectionnable avec les Lions indomptables (son père est Camerounais), il préfère pour l'instant "ne pas se concentrer sur un choix de sélection". L'intérêt d'un certain Samuel Eto'o, président de la Fédération camerounaise, est, quant à lui, bel et bien réel.

"J'ai une attache particulière pour le Cameroun, même si je suis Français. Ce sont mes racines aussi. Mais aujourd'hui, je ne préfère pas me concentrer sur un choix de sélection", dit-il.

Reste à voir si la possibilité de disputer le Mondial en fin d'année au Qatar avec le Cameroun arrive sur la table. D'ici là, Ekitike ne compte pas se mettre la pression et conclut l'entretien avec une formule pleine de sagesse : "Le Mondial ? Pourquoi pas ? Mais j'ai d'autres choses à voir avant. Il faut prendre les instants qui arrivent un par un. Quand ce sera le moment, je me demanderai : "Qu'est-ce que je fais ?" Pour l'instant, tranquille."

CP