RMC Sport

Rennes: calendrier, mercato, arrivée... le président Holveck fait le point

Nouveau président du Stade Rennais, Nicolas Holveck s'est exprimé dans Team Duga ce mardi sur RMC pour évoquer la situation du football français et du Stade Rennais face à la crise sanitaire et économique causée par le Covid-19.

Nicolas Holveck était mardi soir l'invité de Team Duga sur RMC. Le nouveau président du Stade Rennais, qui était encore directeur général adjoint de l'AS Monaco en début d'année, a fait le point sur la situation de son club et du football français face à la crise économique causée par la pandémie de coronavirus.

La reprise de la Ligue 1

"Ce n'est pas la peine de se presser", avertit Nicolas Holveck, soulignant que la fin de la crise sanitaire demeure encore une "inconnue" en dépit de l'allocution du chef de l'État sur la début du déconfinement. "Rien ne nous dit que ce sera vraiment le 11 mai", ajoute le président rennais, considérant que la date pourrait être encore repoussée en fonction de l'évolution de la pandémie.

En attendant, les dirigeants du football français se penchent sur plusieurs pistes de calendrier de reprise de la saison 2019-2020. "Il faut finir quoi qu'il arrive et dans les meilleures conditions si possible. Ne nous interdisons rien", estime Nicolas Holveck, tout en rappelant que la Ligue 1 devra attendre de savoir quelle sera la date limite fixée par l'UEFA. "On ne sait pas jusqu'à quand on pourra finir la saison. Demain, ce sera peut-être le 3 septembre".

Nicolas Holveck a aussi réagi à l'idée suggérée par son homologue niçois Jean-Pierre Rivère de reprendre les compétitions à partir de septembre. Ce qui impliquerait de décaler les prochaines saisons pour s'aligner avec la Coupe du monde 2022 qui se disputera en novembre-décembre. "Ne nous interdisons rien, (...) c'est une hypothèse", répond le président rennais, toutefois inquiet des "six mois de trésorerie" qu'il faudrait trouver le cas échéant.

Sa prise de fonctions

Nicolas Holveck a été intronisé président du Stade Rennais, au début du confinement et alors qu'il se trouvait encore à La Turbie (Alpes-Maritimes). "C'est une prise de fonction un peu particulière, parce que je n'ai vu personne", raconte-t-il, bien qu'il "échange tous les jours au téléphone" avec son entraîneur Julien Stéphan. "Les joueurs, je les appelle à tour de rôle", ajoute-t-il.

"La chance que j'ai, c'est que c'est un club qui est très bien structuré et fonctionnait très bien", ajoute l'ex-dirigeant monégasque, qui n'est "pas en terrain inconnu" compte tenu de ses nombreuses connaissances au sein du personnel en place.

L'accord salarial avec les joueurs

Au début du mois, les syndicats des joueurs et des clubs ont trouvé un accord de principe pour reporter une partie des salaires d'avril. Cela permet aux employeurs de soulager leur trésorerie. "Maintenant, on attend le retour du gouvernement savoir comment on peut appliquer l'accord, explique Nicolas Holveck. Le problème, c'est que le dispositif du chômage partiel est adapté à des masses salariales avec des salaires normaux".

Le mercato

À l'heure actuelle, Nicolas Holveck a deux priorités. "Trouver des ressources" malgré l'absence de recettes puisque le championnat est interrompu et "être prêt pour l'éventuelle reprise" afin de préserver la troisième place en championnat, qualificative pour la prochaine édition de la Ligue des champions.

Mais le club doit aussi préparer la saison à venir sur le plan sportif. Et donc le mercato, qui s'annonce très particulier à cause de la crise économique causée par la pandémie: "On travaille toute l'année sur le mercato. L'équipe de scouts voit des joueurs tout le temps. Ce mercato va être conditionné par la façon dont on termine économiquement le championnat, la place finale et la situation économique de l'ensemble du marché cet été. Il n'y a rien d'établi, car il y a beaucoup d'inconnues".

Julien Absalon